Patrick Chesnais: «La conduite en état alcoolisé doit devenir un tabou, un interdit»

VIDEO L'acteur Patrick Chesnais et le réalisateur Guillaume Canet en lutte contre la mort des jeunes causée par l'alcool au volant...

Alice Coffin
— 
L'affiche du court-métrage "Ivresse" de Guillaume Canet
L'affiche du court-métrage "Ivresse" de Guillaume Canet — DR

Patrick Chesnais a perdu son fils Ferdinand, mort à 20 ans en 2006 dans un accident de voiture causé par l’alcool au volant. Il a depuis créé l’Association Ferdinand . Elle a initié une campagne pour sensibiliser les jeunes aux risques liés à l’alcool au volant.  Guillaume Canet a réalisé un court métrage qui sera diffusé dans de nombreuses salles de cinéma et chaînes de télévision à partir du 11 décembre.



En quoi un court métrage est-il un moyen efficace ?

Je viens du cinéma, alors pour moi l’impact des images c’est une évidence. Ma situation me permettait de faire appel à des talents du cinéma français. D’autres que Guillaume Canet comme Maïwenn  participeront aussi.

C’est vous qui avez conçu le film?
Non. Ils ont carte blanche Avec un but clair : sensibiliser les jeunes gens sur la conduite non pas juste bourré mais un peu alcoolisé. J’avais juste donné à Guillaume un scénario écrit par un ami de mon fils. Il l’a mis à sa sauce.

Vous insistez sur le fait que ce n’est pas l’état «bourré » que vous visez mais celui d’ « un peu alcoolisé »…

Les gens bourrés, one leur prend leurs clés, on leur paie le taxi. Mais un peu alcoolisé, on a un sentiment de tranquillité qui est un leurre.


En quoi un film pourrait-il lutter contre cela ?
C’est juste un accélérateur pour qu’ait un jour lieu une prise de conscience. Il faut que la conduite alcoolisée devienne un tabou, un interdit. Que les personnes qui le fassent aient conscience que c’est grave.


Vous êtes très soutenu dans votre démarche ?

Oui, ce qui montre que les choses évoluent. Il y a encore vingt ans, on pouvait rouler alcoolisé en toute sécurité, ça avait même une image valorisante. Il faut comprendre que ce n’est pas une fatalité, qu’on peut tendre vers le zéro mort, comme dans les pays du Nord. Il n’y a pas un prix qu’on devrait absolument en contrepartie de l’usage de la voiture.

 

 

Roulons-autrement.com

L’Association Ferdinand et la Fondation Vinci Autoroutes ont aussi  lancé cette année Roulons-autrement.com une plateforme web où sont  rassemblées des centaines de campagnes vidéos du monde entier. En  France, les 18-24 ans représentent 25% des personnes tuées sur la route,  c’est la première cause de mortalité de cette tranche d’âge.