«Zone interdite»: Trois clandestins portent plainte contre l'émission

TELEVISION Les équipes de reportages sont soupçonnées d'avoir encouragé les clandestins à entreprendre ce voyage, qu'elles auraient en partie financé...

J.M. (avec AFP)

— 

Capture d'écran du reportage «Clandestins: ils traversent l'enfer pour venir vivre en France», diffusé dans  «Zone interdite» sur M6.
 
 
Capture d'écran du reportage «Clandestins: ils traversent l'enfer pour venir vivre en France», diffusé dans «Zone interdite» sur M6.     — Capture d'écran / DR

Trois Camerounais filmés pour le magazine «Zone Interdite» plusieurs mois durant lors de leur périple pour arriver clandestinement en France ont déposé plainte pour différents motifs visant la production du reportage, qui est diffusé ce dimanche soir sur M6, apprend-on vendredi auprès de leur avocat.

Le reportage intitulé «Clandestins: ils traversent l'enfer pour venir vivre en France» et produit par Tony Comiti, raconte notamment le parcours de ces trois hommes, partis de Libye pour gagner la France via Lampedusa et la péninsule italienne, évoquant la violence des passeurs, l'horreur de la traversée et les affres du voyage jusqu'à l'arrivée en France.

Soupçonnés d'avoir encouragé les clandestins à entreprendre ce voyage

«Émile Zola Matemb Ba Em, Alain Joseph Ebanga Ndoumou et Elie Mbock ont déposé une plainte entre les mains du procureur de la République, car ils estiment avoir été victimes d'un certain nombre d'infractions», a déclaré à l'AFP Me Jérémie Assous, conseil des plaignants. Les équipes de reportages sont soupçonnées d'avoir encouragé les clandestins à entreprendre ce voyage qu'elles auraient en partie financé.

Estimant avoir été abusés, les trois hommes ont déposé plainte pour «aide directe et indirecte à l'entrée et au séjour irrégulier». Ils estiment avoir été soumis «à des conditions de travail et d'hébergement contraires à la dignité humaine». La plainte est également déposée pour «mise en danger de la personne», «omission de porter secours» et «escroquerie».

Le producteur a dénoncé «des insinuations fausses et diffamatoires»

«La société de production Tony Comiti a déjà reconnu avoir pris en charge leurs titres de transport, notamment en Italie et en France, ainsi que la nourriture durant ce trajet», a précisé l'avocat. Il ajoute que ses trois clients «ont toujours refusé de signer une quelconque autorisation d'enregistrement et de diffusion de leurs images, malgré les nombreuses demandes de cette société de production».

Le producteur Tony Comiti a dénoncé «des insinuations fausses et diffamatoires». «Nous avons payé leur billet de train par humanité, comme dans le désert on donnerait de l'eau à quelqu'un qui a soif», a-t-il déclaré, interrogé par Europe1. Il a affirmé que les trois hommes «étaient manipulés par un avocat en quête de gloriole».

La bande-annonce du reportage: