A France 24, un petit goût d'anti-«Internationale»

©2006 20 minutes

— 

L'inspection du travail s'invitera-t-elle au raout de lancement de la chaîne d'info internationale France 24, le 6 décembre ? La CGT l'a saisie, hier, après le « remerciement » de trois techniciens salariés, encore en période d'essai. « J'ai osé râler parce que les plannings de travail n'étaient pas conformes à ce qu'on m'avait promis à mon embauche, explique l'un d'eux. La direction m'a reçu, se déclarant favorable au dialogue. Et le lendemain, on me virait... » En même temps qu'un autre technicien, jugé « trop revendicatif » par la DRH, Béatrice Lefouet. Laquelle a, dans la foulée, organisé une réunion avec l'ensemble du personnel technique, « pour ressouder l'équipe », jure-t-elle. « On nous a surtout prévenus de ce qui nous attendait si on l'ouvrait trop », note un employé. « France 24 serait-elle une zone de non-droit ? », raille Jean-François Téaldi, délégué SNJ-CGT pour l'audiovisuel public. La question, adressée par courrier au PDG, Alain de Pouzilhac, est toujours sans réponse.

C. B.