Les lapins crétins envahissent le petit écran

Joel Metreau

— 

«Les lapins crétins Invasion», une série d'animation diffusée sur France 3.
«Les lapins crétins Invasion», une série d'animation diffusée sur France 3. — ubisoft

Duel aux œufs dans un poulailler, séance perturbée de photo de mariage, poursuite d’un aspirateur dans un supermarché… Plus crétins que jamais, les lapins blancs et farceurs envahissent le petit écran. «Les lapins crétins Invasion», nouvelle série télévisée de 78 épisodes de 7 minutes, creusent leur cause sur France 3 ce samedi à 9h50, dans le programme «Ludo». Le chemin des pixels vers le petit écran était plutôt naturel.  Nées en 2006, les créatures imaginées par le Français Michel Ancel ont d’abord affronté Rayman dans un jeu vidéo sur Wii. Avant de connaître leurs propres titres. Puis les lapins se sont immiscés dans des vidéos virales sur Internet, ont été adaptées en bédé et dans de multiples produits dérivés.

«Une production 100% française»

Aux Etats-Unis, plus de 33 millions de téléspectateurs ont déjà regardée cette série diffusée sur la chaîne Nickelodeon, aux côtés de Bob l’éponge ou des Tortues Ninja. «Mais c’est une production 100% française, réalisée avec le concours du CNC.  Elle a été conçue par Ubisoft avec le studio d’animation TeamTO», explique Jean-Julien Baronnet, directeur d’Ubisoft Motion Pictures. La filiale a été créée par Ubisoft pour décliner en films et séries les franchises célèbres de jeux vidéo («Assassin’s Creed», «Splinter Cell»…) du groupe. De son côté, France Télévisions a participé au financement de la série en contribuant à 30 % au budget, mais a aussi veillé sur le contenu en apportant son expertise en matière de programmes jeunesse.

Car il s’agit d’abord d’une série pour les petits. «C’était un challenge intéressant, explique Jean-Julien Baronnet. Car si «Les lapins crétins Invasion» ont été imaginés pour un public d’enfants, il n’en demeure pas moins que les parents devaient prendre autant de plaisir à regarder. On a donc mis beaucoup de références qui touchent les adultes.» Comme une basse-cour qui se transforme en western-spaghetti… avec un soupçon de Matrix.