Emmy Awards: Première victoire pour «Breaking Bad», quatrième pour «Modern Family», Liberace au top

TELEVISION Dans une cérémonie où aucune série n'a vraiment écrasé la concurrence...

Philippe Berry
— 
Le casting de la série «Breaking Bad», qui a remporté l'Emmy de la meilleure série dramatique, le 22 septembre 2013.
Le casting de la série «Breaking Bad», qui a remporté l'Emmy de la meilleure série dramatique, le 22 septembre 2013. — F.J. BROWN / AFP

De notre correspondant à Los Angeles

Du neuf, du vieux, et beaucoup de choix discutables. Dimanche soir à Hollywood, les 65e Emmy Awards ont récompensé le meilleur des séries diffusées aux Etats-Unis. Voici le palmarès.

>> Revivez la cérémonie en live-comme-à-la-maison

Séries dramatiques: Première pour «Breaking Bad»

Après avoir toujours perdu face à «Mad Men» ou «Homeland», «Breaking Bad» est enfin sacré. La série de AMC, qui s'achève la semaine prochaine, était largement favorite. Sur scène, son créateur, Vince Gilligan, a juré qu'il s'attendait à une victoire de «House of Cards». «Breaking Bad» ne réalise toutefois pas le sweep attendu: Bryan Cranston s'incline face à Jeff Daniels («The Newsroom»); du côté des seconds rôles masculins, Aaron Paul perd face à Bobby Cannavale («Boardwalk Empire»). Seule Anna Gunn sauve l'honneur de la famille White.

Au scénario, avec sa saison 2 pourtant bien faible, c'est un épisode de «Homeland» qui est distingué, malgré la concurrence du dénouement traumatisant de «Game of Thrones» et de deux épisodes chocs de «Breaking Bad». Claire Danes continue de séduire Hollywood avec sa deuxième victoire consécutive pour le rôle d'un agent secret bipolaire qui pleure beaucoup.

Comédie: Quatre à la suite pour «Modern Family»

Personne n'arrête la comédie familiale de ABC. Elle remporte son quatrième Emmy en quatre ans. «Louie», favori des critiques, a encore été snobé, tout comme l'acteur Louis C.K.. C'est Jim Parsons («The Big Bang Theory») qui s'impose, pour la 3e fois. Julia Louis-Dreyfuss, elle, gagne à nouveau pour son rôle de vice-présidente incompétente dans «Veep». Son assistant, Tony Hale, s'impose dans la catégorie du meilleur second rôle masculin. Chez les femmes, la discrète Merritt Wever («Nurse Jackie») était tellement surprise de sa victoire qu'elle a tenu le discours de remerciements le plus court de l'histoire: «Merci beaucoup. Il faut que j'y aille. Bye.»

Mini-séries et téléfilm: Le triomphe de Liberace

«Behind the Candelabra» a presque tout raflé: meilleurs téléfilm, réalisateur (Steven Soderbergh) et acteur (Michael Douglas). Seule Laura Linney a empêché le biopic de HBO de faire un carton plein, avec un Emmy pour son rôle dans la dernière mini-saison de «The Big C».

Comprenez-vous le succès de «Modern Family»? La défaite de Bryan Cranston? Le débat, c'est dans les commentaires.