Aaron Paul: «La fin de Breaking Bad sera sans concession»

INTERVIEW Walter White et Jesse Pinkman reviennent dimanche aux Etats-Unis, pour un arc final qu'on espère explosif...

Propos recueillis par Philippe Berry

— 

L'acteur Aaron Paul, qui incarne Jesse Pinkman, dans la série «Breaking Bad» (5e saison ici).
L'acteur Aaron Paul, qui incarne Jesse Pinkman, dans la série «Breaking Bad» (5e saison ici). — AMC/SONY

De notre correspondant à Los Angeles

A ce stade, la question n'est plus de savoir si «Breaking Bad» est une grande série mais plutôt quel est son rang dans le top 5 de tous les temps. Son dénouement lui permettra-il de dépasser «Les Sopranos» et «The Wire»? Aux Etats-Unis, le verdict va tomber à partir de dimanche, avec la diffusion des huit derniers épisodes. En France, OCS proposera la première moitié de cette saison 5 à partir du 18 août. Pour la seconde, il faudra patienter jusqu'à janvier ou février prochain. En attendant, Aaron Paul, rencontré à Albuquerque, sur le tournage, en janvier dernier, revient sur l'aventure et le destin de Jesse Pinkman, en signant des autographes sur des sachets «de blue meth».

C'est l'heure des adieux?

Oui, l'ambiance est un peu douce-amère sur le plateau. On a vécu des moments tellement intenses, on voudrait ralentir le temps pour apprécier les derniers instants. Le rôle de Jesse est le plus fort de ma carrière. Tourner la page ne sera pas facile.

S'il ne fallait retenir qu'une qualité de la série?

La richesse des personnages et leur voyage. Walt commence comme un gentil prof de chimie et finit en Scarface. Seul Bryan Cranston était capable d'un tel grand-écart. Jesse, lui, fait de nombreux choix discutables mais devient presque le «centre moral» de la série. Et dans la noirceur, Vince (Giligan, le créateur de la série, ndr) n'oublie pas de rester drôle, même si la place pour l'humour se réduit de plus en plus.

La relation entre Walter et Jesse est la pierre angulaire de la série. Une réconciliation est-elle encore possible?

Seul Vince a la réponse. Mais je crois que Walter a franchi le Rubicon vers le côté obscur. Il n'y a plus de retour en arrière possible.

Vous ne connaissez pas le dénouement (à l'époque du tournage, ndr)?

Non, je préfère avoir la surprise en lisant les scripts au fur et à mesure. J'ai failli tomber de ma chaise à plusieurs reprises. Je crois qu'avant d'être un acteur, je suis le plus grand fan de «Breaking Bad» qui existe. Un soir, on était au resto avec ma compagne pour fêter nos fiançailles, et j'ai reçu le scénario de l'épisode suivant par mail. J'ai passé la soirée à le lire sur mon téléphone dès que j'avais une minute de libre en poussant des «OMG» («Oh, my God», «Oh, mon Dieu»).

Quelle est la probabilité que Walt et Jesse survivent tous les deux?

J'espère que je survis. Je crois que je pourrais tuer Walt, ou l'inverse. Vince nous l'a promis, la fin sera sans concession.

«Yo, bitch»...

On me demande souvent si j'en rajoute. Mais non, ils sont tous dans les scripts, je le jure.

Pourquoi pas de diffusion française à H+24?

Sur OCS, Orange propose de nombreuses séries US en VOST au lendemain de leur diffusion américaine, comme «Game of Thrones» et «True Blood». C'est possible grâce à un contrat avec HBO, qui a compris que c'était le meilleur moyen de lutter contre le piratage. Produit par Sony et diffusé par AMC, «Breaking Bad» n'est malheureusement par concerné par cet accord.