De l'ombre carcérale à la lumière cathodique

©2006 20 minutes

— 

De l'autre côté de l'écran. Ecroués à Fleury-Mérogis, Mehdi, Simao et Mickaël, 17 ans tous les trois, regardaient beaucoup la télévision. Ils participaient aussi aux ateliers audiovisuels de la prison, chapeautés par la réalisatrice Mathilde Mignon. Elle les a suivis à leur sortie. Le documentaire Dehors, ce soir à 22 h 10 sur Arte, offre un portrait croisé de ce trio sous contrôle judiciaire, en attente d'un jugement qui pourrait les renvoyer à l'ombre. « Le fait d'avoir eux-mêmes réalisé des films a aidé à installer la confiance, note Mathilde Mignon. A l'intérieur, les journalistes sont très mal vus, mais quand on finalise nos courts-métrages avec les détenus, leur première question est de savoir s'ils passeront un jour à la télé. » En général, non. La plupart des productions « carcérales » sont cantonnées aux canaux internes des maisons d'arrêt. « Elles ne sont pas pour autant inutiles, plaide Anne Toussaint, documentariste et bénévole à la prison de la Santé. Cette activité leur donne l'impression d'exister en tant qu'êtres pensants, loin de la relation passive qu'ils entretiennent avec le poste. D'ailleurs, ils mettent un point d'honneur à éviter les clichés habituels des JT. » A l'exception notable de la série « 9m2 » diffusée en 2004 sur Arte, où des détenus se filmaient dans leur cellule, les rares images sorties de prison sont souvent floutées. « Nous imposons l'anonymat total des personnes en vue de leur réinsertion », précise le ministère de la Justice. « La vérité, c'est que la Chancellerie se fout complètement de la culture », réplique le journaliste de Canal+, Jérôme Thorel. Dans le cadre des « Films faits à la maison », il a collecté une série de moyens-métrages tournés derrière les barreaux. Des documents diffusés les 6 et 13 novembre. « Ces oeuvres sont de grande qualité, ajoute-t-il. Et montrent, pour une fois, des taulards avec des rêves et des idées. » A la veille de la diffusion de son docu, Mathilde Mignon pense, elle, à l'accueil que lui réservera Fleury... « J'espère que certains le regarderont et que cela les éclairera sur leur propre sortie. » Et leur donnera à voir, une fois n'est pas coutume, des images qui leur ressemblent.

Christel Brigaudeau