Charles Enderlin, la voix du Proche-Orient

— 

Sa voix grave et lente est l’une des plus célèbres du journal de France 2. Et pour cause, Charles Enderlin couvre la très dense actualité proche-orientale pour le service public depuis vingt-cinq ans. Considéré comme l’un des meilleurs spécialistes du conflit israélo-palestinien, il en presque devenu un acteur lorsqu’il prête son bureau de Jérusalem pour faciliter des rencontres secrètes entre négociateurs de paix palestiniens et israéliens au début des années 2000 ou lorsqu’il filme en direct la mort du petit Mohamed Al-Durah.

Lorrain dont les grands-parents, juifs autrichiens ont fui l’Anschluss en 1938, Charles Enderlin est membre du comité de grève de la faculté de médecine de Nancy durant Mai 68. Lecteur assidu de Theodor Herzl, le père du sionisme, il décide d’émigrer en Israël en décembre de cette année mouvementée pour tenter l’expérience collectiviste du kibboutz. Il prendra la nationalité israélienne quelques années plus tard.
En 1971, il s’oriente vers le journalisme « un peu par hasard » et commence à travailler pour une radio israélienne. Deux ans plus tard, il devient correspondant pour RMC. Mais c’est en 1981 que son visage devient familier des Français quand il commence sa collaboration avec Antenne 2 dont il devient le chef de bureau en Israël dix ans plus tard. Il est également vice-président de l’association des correspondants de la presse étrangère dans la Ville Sainte.

Lorsque son cameraman Talal Abou Rahmed filme la mort du jeune Palestinien Mohamed Al-Durah le 30 septembre 2000 à Netzarim dans la bande de Gaza lors d’un échange de tirs entre Palestiniens et soldats israéliens, Charles Enderlin ignore l’importance des réactions qu’il va susciter à travers le monde. Image symbole de la deuxième Intifada dans le monde arabe, elle va susciter la colère de certaines associations juives de France, comme la très droitière Ligue de Défense Juive qui accorde au journaliste un prix Goebbels de la désinformation en octobre 2002. Ceux qui nourrissent des doutes sur la véracité du commentaire de Charles Enderlin attribuant aux Israéliens la responsabilité de la mort du « petit Mohamed », estiment que l’enfant de 12 ans est mort sous les tirs palestiniens ou qu’il s’agit d’une mise en scène complète. Après plusieurs mois de polémique, France 2 décidé de porter plainte contre X pour « diffamation publique » en novembre 2004.

A l’étroit dans le JT de France 2, Charles Enderlin a raconté en 2002 l’échec des négociations de paix après l’assassinat de Rabin dans « Le rêve brisé » (éd. Stock). Il revient sur les années d’Intifada, le retrait de Gaza et l’arrivée au pouvoir du Hamas dans un documentaire, « Les années de sang », diffusé jeudi 12 octobre sur France 2 à 23h.