Faux témoignages: Ces émissions qui ont été piégées

TELEVISION L'émission de TF1 «Confessions intimes» a été victime d'un canular signé Rémi Gaillard mardi soir. Ce n'est pas la première fois qu'un programme se fait avoir de la sorte. Petit florilège...

Anaëlle Grondin

— 

L'émission «Y a que la vérité qui compte» diffusée sur TF1 le 31 octobre 2005.
L'émission «Y a que la vérité qui compte» diffusée sur TF1 le 31 octobre 2005. — CAPTURE D'ECRAN/20MINUTES.FR

20 Minutes revient sur ces émissions qui ont diffusé malgré elles de faux témoignages à la télévision ces dernières années.

«Confessions intimes». «Aurélien, 26 ans, est fan de Remi Gaillard au grand désarroi de son amie (…) Ce soir, 23h15». Mardi, sur son compte Twitter, TF1 fait du teasing pour son émission «Confessions intimes», diffusée en deuxième partie de soirée. Au programme cette semaine, un reportage intitulé «Marre de vivre avec un éternel gamin». Comme d’habitude, le téléspectateur sait qu’il ne va pas s’ennuyer devant une pareille histoire mise en images par les équipes du programme, qui savent si bien comment nous faire larmoyer et susciter le voyeurisme avec des scènes souvent surréalistes. Sauf que tout est faux dans ce «reportage». Aurélien et sa copine sont deux acteurs. Au moment de sa diffusion, Rémi Gaillard révèle le canular, en publiant une vidéo making-of sur son compte YouTube. On voit les deux protagonistes s’esclaffer entre deux répliques, essayer de se concentrer pour être parfaits le jour du tournage. TF1 n’y a donc vu que du feu, puisque la séquence a été diffusée mardi soir. La chaîne a toutefois supprimé mercredi matin la bande-annonce qu’elle avait mise en avant toute la journée sur son site. 20 Minutes a tenté de la joindre ce mardi pour avoir des explications, sans succès.

«Allô docteurs». En juin 2012, l’émission de France 5 a été accusée d’avoir diffusé un faux témoignage. La différence avec le canular de Rémi Gaillard, c’est que le faux témoignage ne venait pas d’un petit plaisantin. Dans le cadre d’un reportage sur les massages polynésiens, la directrice commerciale de l’institut s’est fait passer… pour une cliente. C’est le site Arrêt sur images révélé la supercherie après la diffusion du reportage. La jeune femme a démenti avoir voulu faire de la publicité pour son établissement, elle a néanmoins avoué qu'elle avait accepté de se faire filmer car ce reportage «pouvait donner envie» pour ce type de soins. L'animateur et rédacteur en chef d’«Allô docteurs», Benoît Thévenet, a assuré qu'il n'était pas au courant de ce faux témoignage. «S'il s'avère que c'était la directrice, il va y avoir des soucis. Si effectivement c'est le cas, elle n'aurait pas dû être dans le sujet», avait-il expliqué à Arrêt sur images, avant de souligner la «faute» du journaliste. Le lendemain, la rédaction a dû s’excuser à l’antenne.

«Ca se discute». En avril 2008, un imposteur a tendu un piège à l'animateur Jean-Luc Delarue. Le piégeur, Fred Neidhart, qui avait déjà sévi dans «C'est mon choix», s'était fait passer dans «Ca se discute», sur France 2, pour un masturbateur compulsif. Il n'a pas manqué de déraper, allant jusqu'à dire: «Hier, je me suis fait Carla Sarkozy, elle était assez chaude d'ailleurs». L'émission «Revu et corrigé» de France 5 est revenue sur ce canular après sa diffusion à l'antenne:


Neidhardt piège Delarue : le buzz sur France 5 par ruedulandy

«Y a que la vérité qui compte». En 2005, une journaliste de Télérama, curieuse de connaître les coulisses du programme et de savoir comment l’équipe travaillait, s’est inventée une histoire de toutes pièces pour participer à l’émission de Bataille et Fontaine. «J’invente une histoire sur mesure, susceptible de plaire à la production. Je mets dans le coup cette amie, qui incarnera la personne que je suis censée retrouver après des années de pseudo brouille. Je passe les entretiens avec la production, me retrouve sur le plateau, avec mon amie. Séquence émotion», raconte Emmanuelle Anizon sur le site de l’hebdomadaire. L’émission est enregistrée et diffusée le 31 octobre 2005 à 22h30 sur TF1.  


Y'a que la vérité qui compte (extrait - 2005) par Telerama_BA

Suite à la parution de son article dans Télérama, sur cinq pages, «TF1 est ivre de rage, Bataille et Fontaine menacent de porter plainte. Obligés de s’excuser publiquement lors d’une émission suivante, ils vacillent», raconte la journaliste. Double boulette pour Bataille et Fontaine, sept ans après, l’émission a été rediffusée au premier degré en mars dernier. AB1, une petite chaîne privée, a racheté le programme et rediffuse de vieilles émissions. Alertée par Télérama du canular, elle répond: «On ne savait pas qu’il y avait un faux témoignage! La boîte de production de Bataille et Fontaine a déposé le bilan, nous avons racheté les émissions au distributeur.» 

«Incroyable mais vrai». En juillet 2004, des internautes connus sous le nom de «Crobard team» parviennent à faire diffuser un canular dans l’émission de TF1 «Incroyable mais vrai», alors diffusée en première partie de soirée le lundi. Les journalistes de l'émission ont été interpellés au départ par leur site Internet (humoristique), sur lequel ils avaient créé une (fausse) rubrique proposant de louer des «marginaux» pour animer les soirées. Une page prise au premier degré par les journalistes. Contactés par l'émission, les plaisantins, qui ont décidé de jouer le jeu, sont allés jusqu’à monter un vernissage bidon pour piéger les journalistes, qui connaissaient très mal Internet, visiblement. Voici le reportage diffusé dans «Incroyable mais vrai»: 


Canular du Crobard lors de l'emission... par crobard

Le lendemain, le canular est révélé. Un membre de la Crobard team explique la supercherie au micro de Jean-Marc Morandini sur Europe 1, qui donne aussi la parole au rédacteur en chef d’«Incroyable mais vrai», Denis Vincenti.  Il l’a reconnu: «On est tombé dans le panneau (…) J’étais en colère». Mais a insisté sur le fait que le canular avait été très bien ficelé.


Canular du Crobard : Passage radio chez Morandini par crobard

De nouveau contactés fin 2004 via leur site web, qui relatait pourtant largement l’aventure avec TF1, les membres de la Crobard team ont cette fois élaboré un scénario abracadabrant visant à satisfaire le magazine de société «Affaire de familles» diffusé sur M6, relate le site Acrimed. Ce n’est que lors du comité de rédaction pour la présentation du reportage que la supercherie sera découverte, évitant à M6 de diffuser le canular.