Dana Delany: «J’ai adoré mener des autopsies»

Propos recueillis par Anne Kerloc'h

— 

Dana Delany (au centre) dans le rôle de la médecin Légiste Megan Hunt de la série "Body of Proof" d'ABC
Dana Delany (au centre) dans le rôle de la médecin Légiste Megan Hunt de la série "Body of Proof" d'ABC — 2013 ABC studios

Parlons de cette grande affaire des Robinets Delany…

Incroyable ! Vous connaissez ? En fait, mon arrière grand-père était un immigré irlandais. Plombier il a eu l’idée d’un robinet astucieux pour les toilettes. Cette invention lui a permis de prospérer, et de créer l’entreprise familiale. On trouve encore beaucoup de robinet Delany !

Megan dans « Body Of Proof » et Katherine Mayfair que vous incarnez dans Desperate Housewives sont du genre psycho-rigide. Vous avez l’impression qu’elles se ressemblent ?

Un peu mais Katherine est une femme qui cache de lourds secrets et  devient total barrée au cours des saisons. Elle tue son ex mari, se fait enfermer en hôpital psy… Pas le genre de Megan. Après, les deux ont en commun d’être assez impénétrables.  J’adore jouer ces personnages qu’on ne cerne pas du premier regard.

 Megan fait preuve d’une ironie cassante…

Ça c’est moi. C’est mon type d’humour. Il s’épanouit plus dans la deuxième saison

Comme le Dr House, Megan n’est pas douée pour les relations sociales. Comment expliquez vous ce trait de caractère récurrent dans les séries  médicales ?

C’est bon pour le ressort dramatique ! Je pense aussi que dans le monde réel, les personnes exerçant une profession médicale ont tendance à mettre des barrières pour se protéger, ne pas être émotionnellement trop impliquée

 « Body of proof» a beaucoup évolué en trois saisons…

La première saison est médicale, centrée sur la mort, la deuxième plus « procédurale », avec des personnages secondaires plus présents et des ressorts de comédie. La troisième se rapproche d’une série d’action, avec le danger qui rôde.

Vous avez assisté à des autopsies pour la série. Pas trop effrayant ?

Au contraire j’ai adoré. C’est absolument fascinant.

Sérieusement, vous avez adoré ??

Oui, oui. Les experts m’ont laissé conduire moi-même la dernière autopsie. C'est un travail physique. Il faut être sacrément musclé vous savez. Pas pour faire les incisions. Plutôt pour remettre le scalp en place une fois que vous avez regardé à l’intérieur de la boîte crânienne, vous voyez comme ça. (elle fait le geste avec conviction et énergie. On en a le scalp qui frissonne)

Et les stilettos aux talons vertigineux c’est vous aussi ?

Non, c’est une idée du producteur qui voulait que Megan ait cette allure fabuleuse. J’adore les chaussures, mais celles là sont super hautes et courir avec n’avait rien d’évident. Au début, je trouvais incongru qu’une médecin légiste se balade sur les scènes de crimes avec des stilettos. Jusqu’à ce que je rencontre des neurochirurgiennes. Le portrait craché de Megan – qui est à la base neurochirurgienne-   élégante, avec des talons vertigineux. En fait leur métier est très rémunérateur et elles s’habillent donc de manière classe et coûteuse.

Vous avez d’autres projets ?

Je compte produire ma propre série. J’ai une idée que je suis en train de développer. Il faut maintenant que je trouve le bon scénariste.

Le pitch ! Le pitch !

C’est secret. Mais ce sera une série de 26 minutes, plutôt destiné à une chaîne du câble et dans un style proche de Nurse Jackie, une de ces comédies noires que j’affectionne particulièrement.

La série : Brillante neurochirurgienne, Megan Hunt doit se reconvertir en médecin légiste après un accident de voiture qui lui a abîmé les mains. Une reconversion professionnelle alors que sa vie personnelle est en vrac. Divorcée, elle a laissé la garde de sa fille unique à son ex-mari. Lancée sur ABC aux Etats-Unis, la série a été diffusée en première fenêtre en France sur Canal+ et pour la première fois en clair sur M6