Loïc Prigent: «Mademoiselle Agnès est un passeport ambulant»

INTERVIEW Loïc Prigent, le réalisateur de l’émission «Habillé(e)s pour l’hiver 2013-2014», diffusée mardi 12 mars à 22h25 sur Canal+, revient sur les mille et unes difficultés rencontrées pour couvrir les coulisses des défilés de mode…

Stéphane Leblanc

— 

Tournage Hotel Crillon du clip avec Mademoiselle Agnes pour la femme "La femme Nina Ricci".
Tournage Hotel Crillon du clip avec Mademoiselle Agnes pour la femme "La femme Nina Ricci". — CANAL+

Les vêtements ne sont pas encore pliés, les cernes estompés et les coupes de champagne nettoyées que l’émission «Habillé(e)s pour l’hiver 2013-2014» livre déjà, ce mardi 12 mars à 22h25 sur Canal+, une analyse à chaud du marathon des défilés. Interview avec son réalisateur Loïc Prigent, dont le principe consiste à «ne jamais être dans la meute, mais toujours sur le côté».

Comment êtes-vous parvenu à imposer cette image décalée des défilés?

Ça n’a pas été évident, surtout au début. Mais avec l’apparition des blogs et des nouveaux médias, c’est devenu plus facile. Enfin, ça dépend. Car l’organisation des défilés impose de plus en plus de badges pour circuler: le badge podium, le badge premier rang, le badge coulisse qui ne donne en fait accès qu’au maquillage voire, parfois, le badge «all access», indispensable dans notre cas. Ce qui n’empêche pas d’être obligé d’attendre à l’entrée ou de mettre une demi-heure à sortir de la salle…

Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées?

C’est l’accumulation des défilés, jusqu’à dix certains jours, qui rend ce travail un peu pénible. Vous avez l’impression de recommencer votre journée à chaque fois. Convaincre les services d’ordre de vous laisser passer, faire face à des stagiaires zélés qui vous demandent dix fois qui vous êtes ou qui vous crient «On n’est pas dans un moulin!» Heureusement, Agnès est un passeport ambulant. Mais si vous vous éloignez d’elle, ça devient difficile… Même pour moi, qui suis assez connu par mes documentaires sur de nombreuses maisons. Ou pour la cadreuse et l’ingénieur du son, qui travaillent avec nous depuis longtemps, et que même les mannequins reconnaissent…

Vous évoquez dans l’émission la fatigue et les moyens d’y remédier, c’est une question que vous aviez prévu d’aborder avant le début des défilés?

Non, elle s’est imposée en cours de route. Parfois, on prépare des questions sur des sujets qu’on croit dans l’air de temps et on ne recueille que des réponses bateau. Celle-là s’est imposée quand on s’est retrouvés à filmer un mannequin qui dormait sous une table.

Beaucoup préconisent les vitamines et les micro-siestes. Et vous?

De la vitamine C, oui ! Et surtout cette année, j’ai pris une veste plus légère car je finissais toujours à attraper la crève à force de sortir dans le froid et de rentrer dans des ambiances surchauffées.

 

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo