Marine Jacquemin : «Je garde ma griffe : la simplicité»

©2006 20 minutes

— 

Marine Jacquemin, journaliste.

Vous passez, avec « Conversation secrète »*, du grand reportage à l'interview intimiste. Difficile ?

Je reste quand même sur le terrain puisque je m'entretiens avec une personnalité au gré d'une balade dans les rues. J'étais certes plus habituée à celles de Kaboul ou de Bagdad qu'aux faubourgs parisiens ! Mais je garde ma griffe : la simplicité. Je pose des questions bêtes, voire niaises. Les vieux briscards de l'interview vont me traiter de conne, mais je m'en fous.

Cette méthode a-t-elle porté ses fruits avec votre premier invité, Dominique Strauss-Kahn ?

Je suis déçue. DSK maîtrise trop son image. Il est débonnaire et brillant mais c'est une machine. Je ne cherchais pas à ce qu'il prononce la petite phrase dont se délecterait l'AFP. Mais j'aurais aimé qu'il dépasse les généralités. L'émission est perfectible !

Vous étiez à TF1 depuis 1981. Pourquoi êtes-vous partie ?

Cela ne me convenait plus du tout. Ils ont réduit l'étranger à la portion congrue. Quand vous avez risqué votre peau toute la journée, et qu'une rédactrice en chef agressive vous explique que vous n'aurez pas 1,16 minute mais 1,15 minute, c'est irrespectueux. Depuis quelques années, TF1 s'intéresse plus aux intempéries qu'au Darfour. Je n'ai pas fait vingt ans de reportage pour qu'on m'envoie couvrir les feux de forêt !

Aucun regret donc ?

Non. Même si laisser un gros salaire sur quatorze mois pour l'inconnu fait peur. Même s'il n'a pas été facile de quitter une chaîne qui m'a tant apporté. Notamment dans le cadre de mon engagement humanitaire pour les enfants afghans. Claire Chazal a toujours soutenu dans son JT mon hôpital à Kaboul, alors que certains de ses supérieurs renâclaient. Mais je ne supporte plus la grille de TF1. Bataille et Fontaine, « Combien ça coûte », « Star Ac' », quelles merdes ! Je préfère France Télévisions.

D'autres projets que « Conversation secrète » ?

Des documentaires pour France 5. D'autres pour la future émission de Yann Arthus Bertrand sur France 2. Et une émission régulière, début 2007, pour France 24, la chaîne d'info internationale. Une sorte de concours de jeunes reporters européens, histoire de transmettre ma passion pour le plus beau métier du monde !

Recueilli par Alice Coffin

* « Conversation secrète » à 20 h 45 le premier dimanche de chaque mois.