"Surtout tu demandes le disque Zidane, y va marquer"

— 

 
  — no credit

« Tu achètes un CD de Coltrane, c’est du jazz. Et surtout tu demandes le disque “Zidane, y va marquer“, tu dis que c’est pour ton petit fils ». Cette phrase de Ramzi Kiroun, directeur de communication de DSK, n’était destinée qu’aux oreilles de son candidat. Elle a été entendue par les 840 000 téléspectateurs de « Dimanche + », ce week-end sur Canal. Et pour cause, l’éléphant PS avait embarqué dans son sillage les caméras du nouveau concept de décryptage politique de Laurence Ferrari. Distrait, l’élu de Sarcelles a un instant oublié les micros-cravates. Dans la foulée de cette recommandation très « c’est bon pour l’image, coco », DSK file à la FNAC. Et donne alors la pleine mesure de ses talents d’acteur. Grand-père gâteau de circonstance, il exécute à la virgule le plan com’. Lequel fait pschitt !
Cette bourde atteste, aux dires d’un pro du coaching politique, du « manque de professionalisme du staff de DSK. Quand on veut communiquer, on prend des risques, il faut savoir les gérer ! ». Ramzi Kiroun préférait, hier, stigmatiser les journalistes. « Nous avons joué le jeu en leur ouvrant nos portes, et ils ont trahi notre confiance en laissant ouverts les micros à un moment où on leur avait demandé de sortir ». Une réaction qui défrise Stéphane Haussy, l’auteur du portrait. « C’est le monde à l’envers ! Certes, la com’ politique vise à faire passer des messages mais le journalisme consiste à ne pas être dupe de ça. Je ne fais pas du publi-reportage. C’est quand même malheureux que tout soit verrouillé à ce point, même quand on tente d’humaniser un homme politique !». Hier, Ramzi Kiroun multipliait les coups de fils pour dénoncer « une trahison », qui « coûtera cher » à l’émission à long terme. Et de répéter à l’envi : « J’ai eu mes confrères au téléphone, ils sont tous sur la réserve». A commencer par le premier secrétaire du PS, François Hollande : invité dimanche prochain, il avait commencé à se prêter à l’exercice du portrait mais fort de la déconvenue de son camarade Dominique, il a lundi décidé de suspendre le tournage. « On attend son coup de téléphone pour continuer le reportage, précisait lundi soir Anne Ginzburger, la rédactrice en chef de « Dimanche + ». « Mais, ajoutait-elle, on continuera notre travail de décryptage, avec pour seul objectif d’expliquer aux gens comment les politiques fonctionnent. Il y a trop de remparts entre eux et les électeurs. »
Christel Brigaudeau/Agence Page 30