Karine Le Marchand: «J’aurais adoré avoir un mariage homo dans L'Amour est dans le pré cette saison»

TÉLÉVISION ffusion lundi 7 et 14 janvier à 20h50 des portraits des nouveaux agriculteurs de la saison 8 de «L'Amour est dans le pré» sur M6…

Propos recueillis par Alice Coffin

— 

La présentatrice de «L'Amour est dans le pré», Karine Le Marchand, le 12 décembre 2012, à Paris.
La présentatrice de «L'Amour est dans le pré», Karine Le Marchand, le 12 décembre 2012, à Paris. — BENAROCH / SIPA

Sept années de diffusion, 6,4 millions de téléspectateurs en moyenne, 13 mariages et 22 enfants nés des rencontres entre les agriculteurs et leurs prétendantes, Karine Le Marchand, la présentatrice, de L’Amour est dans le Pré, nous raconte cette huitième saison.

A part la bande-annonce, aucun DVD n’a été envoyé à la presse, on ne sait pas grand-chose des candidats, vous les cachez?

Non mais l’émission est devenue un tel phénomène qu’il y a une attente très forte. Les  gens veulent tout savoir avant même la diffusion, et se permettent d’aller dans les fermes lorsqu’ils connaissent l’endroit où habitent les agriculteurs! Du coup, on essaie juste de les protéger et qu’on les laisse tranquille le plus longtemps possible!


Bon, vous pouvez quand même nous en dire quelques mots?

Oui alors, on a 11 hommes et trois femmes. Globalement ils sont un peu plus jeunes, trentenaires ou quarantenaires. Je le constate, ce n’était pas un choix. Ils ont tous ou presque des activités sociales en dehors de leur travail. On a un syndiqué très actif, un maire, un conseiller municipal. C’est bon signe, cela veut dire qu’ils sont prêts à laisser de l’espace aux autres !

On vous pose la question à chaque fois, mais toujours pas d’agriculteur gay ou lesbienne?

A mon grand regret, non. On n’a pas trouvé, on n’a pas beaucoup reçu beaucoup de courriers. Je le regrette vraiment car l’émission est très regardée, et comme j’ai toujours été très homophile, enfin vous voyez ce que je veux dire, j’aurais adoré avoir un mariage homo dans l’émission, cela aurait été un super message. Mais le fait qu’il n’y ait pas tant de candidatures renvoie aussi au fait que les caméras n’attirent pas que de la bienveillance, et que la notoriété peut être plus compliquée à vivre dans certaines situations.

Il y a eu quelques loupés l’an dernier quant à la sincérité de la démarche de prétendantes ou prétendants. Vous avez fait plus attention cette année?

Mais on fait toujours attention! Seulement, on ne pourra jamais exactement mesurer la sincérité de quelqu’un qui écrit. Et puis si les agriculteurs préfèrent parfois sélectionner en fonction du string ou du maillot envoyé sur les photos de prétendantes, c’est eux qui prennent le risque! Mais, c’est vrai qu’on a senti, cette année, une inquiétude sur la sincérité des courriers qu’ils allaient recevoir.

Comment expliquez-vous le succès de l’émission?

Une émission capote lorsqu’on essaie d’augmenter sa marge. Ce n’est pas notre logique. On continue à vouloir faire le programme le plus parfait possible.

Qui sont les 14 agriculteurs?

En attendant lundi 7 janvier, M6 dévoile sur son site les photos des agriculteurs et livre quelques éléments biographiques sur Sophie, Didier, Thomas et les autres.