«Qui veut épouser mon fils?» revient ce vendredi avec un casting rock 'n roll

TELEVISION Deux ans après la première édition, la téléréalité de TF1 est de retour avec une saison 2 qui promet des commentaires d'anthologie sur les réseaux sociaux...

Anaëlle Grondin

— 

Pascale et son fils Morgan, candidats de la saison 2 de «Qui veut épouser mon fils?».
Pascale et son fils Morgan, candidats de la saison 2 de «Qui veut épouser mon fils?». — AGENCE / BESTIMAGE

On sait déjà ce que vous vous dites. «Comment? Une saison 2 de ‘Qui veut épouser mon fils?’? Après la caricature de macho Giuseppe, et Marie-France, sa maman poule déjantée?». TF1 l’admet, concocter une nouvelle édition n’a pas été chose aisée. «La barre était très haute. L’équipe a mis beaucoup de temps à choisir les binômes et les candidates. Il fallait surprendre, faire oublier le premier casting», confie Angela Lorente, directrice de la téléréalité sur la Une, qui promet un nouveau casting «haut en couleurs». Selon elle, «la relève est assurée». On avait du mal à le croire. Mais après visionnage du premier épisode, on est obligé de l’admettre: TF1 a réussi à dénicher une fois de plus des candidats hors du commun.

Petite nouveauté cette année, il n’y a pas que des mères qui vont devoir aider leur fils à trouver la femme idéale. L’un des garçons célibataires, Julien, est épaulé par son père Serge. «On voulait montrer qu’un père pouvait avoir un rapport fusionnel avec son fils et que ce n’était pas le monopole des mères», commente Angela Lorente. 

«J’aime le caviar, pas le pâté de foie en boîte»

Au final, le duo est plus horripilant qu’attachant. Mais pas autant que les excentriques Pascale et Morgan, 31 ans, issus de l’aristocratie hongroise. Un avant-goût du caractère de l’ancienne prof de lettres: «J’aime le caviar, pas le pâté de foie en boîte!», lance-t-elle pour décourager les prétendantes de son dandy de fiston. Celles qui vont tenter de le (ou la) séduire vont avoir du pain sur la planche. En plus, madame a des demandes très particulières. Figurez-vous qu’elle a fait faire une dictée aux candidates pour savoir qui serait la belle-fille idéale! «Vous allez adorer les détester», sourit Elsa Fayer, la présentatrice de l’émission. Un peu comme pour Giuseppe et Marie-France il y a deux ans. L’émission semble reprendre les mêmes ingrédients qui avaient fait son succès en 2010. «Marie-France et Pascale sont irritantes et excessives, mais elles ne viennent pas du même univers et n’ont pas les mêmes ambitions pour leur fils», se défend Elsa Fayer.

A l’opposé, vous serez certainement touchés par Chantal et son fils Frédéric de 37 ans. Difficile de faire plus sincère à l’écran. Le pompier, du genre gentil garçon, n’est pas là pour s’amuser. Il a bien l’intention de trouver la future mère de ses enfants grâce à l’émission.

Impossible de ne pas rire des candidats

Cette saison 2, à prendre au 50e degré comme la première, manque de nouveautés. Mais tous les ingrédients sont là pour divertir ceux qui ont envie de s’esclaffer devant la télé le vendredi soir. Situations rocambolesques, phrases cultes, dialogues hilarants (ou navrants selon les cas), tenues exubérantes, sans oublier la voix-off au ton dramatique: «Osera-t-il quitter celle qui était jusqu’à maintenant la femme de sa vie?». Qu’il s’agisse des mamans poule, de leur Tanguy ou des prétendantes, impossible de ne pas rire des candidats. On imagine déjà les commentaires sur les réseaux sociaux. Ca va faire mal.

Les petites annonces des mères et du père pour leur fils:

Découvrez les premières minutes de l’épisode de ce soir:

«Qui veut épouser mon fils», tous les vendredis soirs sur TF1 à partir de 23h10.