Morandini s'en prend violemment à Hanouna

Anaëlle Grondin

— 

L'animateur de NRJ 12 déclare la guerre à son confrère. Dans une lettre ouverte publiée ce vendredi matin sur son blog, Jean-Marc Morandini attaque Cyril Hanouna. Le présentateur de «Vous êtes en direct» reproche à son rival, qui anime au même moment «Touche pas à mon poste» sur D8, d'avoir annoncé à l'antenne que son émission «allait être déprogrammée pour laisser place à la Star Academy».

«Ce que tu as fait hier soir est tout simplement minable», écrit Morandini avant d'ajouter, toujours en apostrophant Hanouna: «Tu as volontairement lancé une fausse rumeur pour tenter d'inverser la tendance» des audiences. Jean-Marc Morandini n'hésite d’ailleurs pas à tacler son confrère sur ce point: «Non seulement tu es très loin des 700.000  à 800.000 téléspectateurs que souhaiteraient te voir faire les patrons de D8, mais, en plus, tu n'arrives même pas à faire les audiences que faisait "Morandini!" l'année dernière à la même période, sur la même chaîne à la même heure».

Pourtant, Cyril Hanouna n'a jamais prononcé le mot «déprogrammation» dans «Touche pas à mon poste» jeudi soir. L'animateur avait simplement parlé d'inversion d'horaire. Au moment où il annonçait le retour de la Star Academy sur NRJ 12 le mois prochain, il a déclaré à l'antenne: «[A NRJ 12] ils ne savent pas s'ils mettent la quotidienne à 18h ou 19h. A priori, ils mettraient Jean-Marc Morandini à 18h et la Star Ac' à 19h».


Quand Cyril Hanouna parle de Morandini et de la... par thony911

«C'est à toi que j'aurais dû dédier «Le bal des faux cul»

Jean-Marc Morandini termine tout de même sa lettre assassine en écrivant: «J'ai cru en tes mots d'amitiés et d'apaisement il y a encore une semaine, mais finalement c'est à toi que j'aurai dû dédier mon premier livre: «Le bal des faux cul».»

La semaine dernière, les deux présentateurs avaient surpris tout le monde en posant ensemble pour une photo, le sourire aux lèvres. «Il n'y a pas de guerre entre les deux animateurs», pouvait-on lire sur le blog de Morandini, juste en dessous du fameux cliché. Rien ne dure dans le monde impitoyable de la télé...