«Fashion!» ou trois décennies de mode

TELEVISION La mode des années 1980 à nos jours. Une série documentaire produite par Mademoiselle Agnès et conçue par Olivier Nicklaus…

Anne Demoulin

— 

Défilé Claude Montana à Paris, le 15 octobre 1983. (Extrait de «Fashion! Golden Eighties»)
Défilé Claude Montana à Paris, le 15 octobre 1983. (Extrait de «Fashion! Golden Eighties») — GUY MARINEAU/ARTE

Des créateurs flamboyants des eighties à l'OPA des groupes de luxe sur la mode en passant par le courant anti-fashion des années 1990, «Fashion!» raconte trente ans de mode. Cette série documentaire passionnante, produite par Mademoiselle Agnès et conçue par Olivier Nicklaus, est diffusée ce samedi et le samedi 27 octobre à 22h35 sur Arte.

 La mode, témoin d’une époque

«De nombreux documentaires sur les grandes années de la haute-couture française (Chanel, Yves Saint Laurent) existent, mais peu sur l’histoire de la mode depuis les années 1980», constate Olivier Nicklaus. «J’avais envie de raconter l’évolution de la mode. Le milieu de la mode n’est pas dans une bulle à part, il fait écho aux changements du monde. Les anticipe-t-il? Les suit-il? Ça, c’est une question passionnante», poursuit-il.

Le réalisateur visionne alors des centaines d’heures d’archives à l’INA, mais aussi au Japon et aux Etats-Unis. L’essence même de la série: «Je suis tombée sur des pépites, comme Azzedine Alaïa en train de travailler à son atelier ou Claude Montana en train de jouer au flipper au début des années 1980.» Ces archives sont mises en perspective avec les grands événements de l’histoire, des témoignages.

 Destins croisés

«J’avais envie de suivre les destins croisés de quelques créateurs. Certains sont restés dans la lumière, comme Jean-Paul Gaultier, d’autres ont été balayés, comme Claude Montana. L’aspect romanesque de ces trajectoires m’intéressait», explique Olivier Nicklaus. 

Cette volonté de «tirer vers le romanesque, l’émotion» conduit le réalisateur à des «choix radicaux». Certains témoignages en voix off ne sont pas crédités: « Ce sont en quelque sorte, des voix fantomatiques du passé, je ne voulais pas casser la narration», explique le réalisateur.

Deux ans de préparation, dont neuf mois de montage. Une anthologie de la mode à découvrir aussi en DVD (éditions INA) que deux heures de bonus viennent compléter. Une immersion dans les coulisses des catwalk, fascinants, exaltants et souvent cruels.