Lionel Florence, à la tête d’un jury juste et sans pitié

© 20 minutes

— 

« A quatre, il n’y a pas d’erreur. Même si on a un moment de fatigue, les trois autres sont là pour corriger le tir. » Depuis un mois et demi, à l’antenne, le parolier Lionel Florence, parcourt les villes de France, de Belgique et du Canada pour le télé-crochet de M6, « A la recherche de la nouvelle star ». Son job : dénicher la perle rare parmi vingt mille candidats, et savoir dire non. « On a trois minutes pour décider, il faut être franc, clair, réactif. On ne peut pas dire “J’aime bien, mais...” et rester dans le doute », explique le redoutable juré. Au fil des auditions, il a finalement gagné le rôle du « méchant » de service, tendance sado. Il l’assume, et se cantonne à l’efficacité professionnelle : « On sait que ces jeunes jouent tout sur un coup de dés, on ne se moque pas d’eux. Par moment, on a envie de rire ou de pleurer, on est naturel dans nos réactions. » Et de noter que les British de « Pop Idol », l’émission-mère, sont bien plus trash... Alors, parmi les trente finalistes livrés au verdict des téléspectateurs, qui aura le profil de la nouvelle star ? « Qu’elle soit rap, R’n’B, grande voix lyrique ou puissante à la Johnny, il faudra qu’elle ait réussi à nous scotcher tous les quatre sur notre chaise. » Natalie Lhoste-Gautron