Pour les sans-abri, l'été est meurtrier

©2006 20 minutes

— 

La misère n'est pas moins pénible au soleil. Avec la hausse des températures, les associations d'aide aux sans-abri deviennent même particulièrement vigilantes. « En été, la situation se complique pour les SDF : la plupart des centres d'hébergement ferment et les structures fournissant l'aide alimentaire sont plus rares », explique Maryvonne Le Gac, responsable de Médecins du monde à Strasbourg.

Pour maintenir un lien et un suivi avec les sans-abri, l'association effectue une « maraude », le vendredi soir. L'occasion de les orienter vers le dispensaire de la rue du Maréchal-Foch. Chaque matinée, les bénévoles y accueillent une dizaine de sans-abri et de migrants en situation précaire, à qui ils fournissent notamment des soins médicaux et dentaires. Car la chaleur et le manque d'hygiène causent de nombreux problèmes. « Leurs pieds sont souvent dans un état assez dramatique : la moindre coupure est rapidement surinfectée, on retrouve aussi énormément de dermatoses », précise le docteur Jean-Boris Salen, qui dirige le dispensaire. La consommation d'alcool peut également être dévastatrice. Pour Maryvonne Le Gac, « c'est le drame des étés pour les sans-abri. Un état d'ivresse en plein soleil peut aboutir à des hyperthermies et des déshydratations sévères nécessitant l'hospitalisation. » Autre phénomène encore plus prégnant durant la belle saison : la déprime. « Voir des familles en vacances renvoie ceux qui sont dans la rue à leur propre sentiment d'exclusion », souligne Maryvonne Le Gac.

Jonathan Barbier

Le dispensaire de Médecins du monde enregistre chaque année près de 7 000 passages. Outre des soins médicaux et dentaires, il fournit une aide psychologique et compte une assistante sociale.