Pour les forains, ce n'est pas la fête

©2006 20 minutes

— 

« J'estime la baisse de fréquentation à 70 %. En trente- six ans je n'ai jamais vu ça ! », déplorait hier un patron d'autos tamponeuses de la foire Saint-Jean souhaitant garder l'anonymat. Eddy, patron d'une loterie depuis plus de vingt ans, estime pour sa part avoir perdu « les trois quarts » de son chiffre d'affaires. Si la Coupe du monde de football, le Tour de France et la canicule peuvent expliquer en partie cette désertion, c'est la nouvelle localisation de la fête foraine, à l'entrée du jardin des Deux-Rives, qui semble en être la principale cause. Car si l'on peut trouver le site plus agréable, en raison notamment des arbres qui l'entourent, Eddy souligne sa moindre accessibilité par rapport au Wacken, où se tenait jusqu'ici la foire : « Avant, nos clients pouvaient venir en bus et en tram. Ici, il n'y a quasiment pas de transports en commun, sans compter les bouchons sur la route du Rhin. » Les forains espèrent maintenant une seule chose : que les affaires reprennent à l'issue de la grand messe sportive du Mondial.

L. M.