Mont Sainte-Odile : les familles sont amères

©2006 20 minutes

— 

Tristesse et écoeurement. Après neuf semaines d'audience, les membres d'Echo, l'association qui regroupe les victimes du crash du Mont Sainte-Odile et leurs proches, ont dressé un bilan très sombre du procès qui s'achevait hier à Colmar (Haut-Rhin). Tout en donnant quitus au tribunal correctionnel de la bonne tenue des débats – très techniques – le président d'Echo, Alvaro Rendon, a promis, à l'unisson des familles, que la prochaine mission de son association serait « que la France comprenne les dysfonctionnements des secours ».

« Entendez-vous les cris des survivants ? », a lancé Stéphanie Burel, dont le père est décédé avant l'arrivée des secours alors qu'aucun de ses organes vitaux n'était touché. Fustigeant le nombre d'avocats et les moyens techniques déployés par les six prévenus, Laurence Vaccarella, qui a perdu son mari, s'est interrogée : « Les victimes ont eu une mort ferme. Comment comprendre que ceux qui ont causé leur mort n'aient que du sursis ? » Jugement le 15 octobre prochain.

Jeanne Mahé