Liesse et ferveur au programme du PS

Arnaud Guiguitant

— 

231A la Salamandre (1), QG des supporters du PS, les militants ont salué la victoire de François Hollande, avant d'affluer par centaines sur la place Kléber (2). Le maire de Strasbourg Roland Ries (3) était de la fête.
231A la Salamandre (1), QG des supporters du PS, les militants ont salué la victoire de François Hollande, avant d'affluer par centaines sur la place Kléber (2). Le maire de Strasbourg Roland Ries (3) était de la fête. — G. Varela / 20 MinutesG. Varela / 20 MinutesG. Varela / 20 Minutes

A la Salamandre, quartier général dimanche soir des militants du Parti socialiste, on a senti monter la ferveur crescendo. Jusqu'à l'explosion finale. À 20 heures, on a sauté de joie, on s'est embrassé, on a remercié le ciel, on a même versé quelques larmes, on a bu du champagne et trinquer à la victoire de François Hollande. « C'est un immense bonheur, avoue Michel, 58 ans. On l'attendait depuis longtemps ce retour de la gauche au pouvoir. J'espère que François Hollande parviendra à réparer les erreurs de Sarkozy. »

« Cette victoire, c'est la vôtre ! »
Dans la salle, noire de monde et baignée de lumière rouge, les partisans en liesse ont chanté la Marseillaise, agité des drapeaux aux couleurs de la France, de l'Europe, ils ont esquissé des sourires et raillé, hué les personnalités de droite qui, sur l'écran géant déployé, défilaient. « Sarkozy, au chômage ! », pouvait-on entendre parmi les supporters de la gauche, avant que les officiels, le maire de Strasbourg (PS) Roland Ries en tête, ne réagissent, levant le V de la victoire. « C'est une réaction de joie et de bonheur, a-t-il déclaré, ému. On attend cela depuis que la campagne est lancée. Nicolas Sarkozy est battu. La victoire de François Hollande est nette et incontestable. L'heure du changement arrive pour une France plus juste, plus solide et plus ouverte sur l'extérieur. » A la question de savoir s'il serait tenté par un quelconque portefeuille ministériel, sa réponse est sans ambiguïté : « J'ai été élu maire jusqu'en 2014. Je ne serai pas candidat à entrer dans le gouvernement », a-t-il confié.
À ses côtés, Mathieu Cahn, président de la Fédération bas-rhinoise du PS, a enjoint les militants à « continuer le combat » pour les législatives. « Cette victoire, c'est la vôtre ! a-t-il dit. Maintenant, il faut donner à François Hollande la force du changement, en faisant élire un maximum de députés à l'Assemblée nationale. » A la sortie de la Salamandre, certains partisans ont vu dans l'arc-en-ciel formé après l'averse, un signe d'espoir. « On va aller place Kléber pour fêter cette victoire qui nous redonne espoir dans l'avenir, ont confié Marie et Guillaume, 18 ans. Cette soirée, on s'en rappellera pendant longtemps. »

L'Alsace reste toujours située en haut à droite

Comme au premier tour du scrutin, l'Alsace a voté, dimanche, à contre-courant de la tendance nationale. Selon des résultats partiels, Nicolas Sarkozy a obtenu environ 65 % des suffrages dans la région, contre 35 % pour François Hollande. En 2007, au second tour le candidat UMP avait recueilli 65,50 % des voix face à la PS Ségolène Royal (35,50 %).