La SNCF laisse le surpoids à quai

— 

A la direction régionale de la SNCF.
A la direction régionale de la SNCF. — J-F. badias / 20 Minutes

Après un test en Bretagne, la SNCF vient de généraliser en Alsace, comme dans le reste du pays, l'opération « Plus saine la vie ». Le but : « dépister le surpoids des agents pour les aider à mieux appréhender leurs habitudes alimentaires et physiques », indique Nathalie Germain, médecin du travail. Elle leur soumet une prise de glycémie capillaire et calcule leur indice de masse corporelle (IMC) afin d'évaluer le risque de maladies liées au poids. « Les agents ayant un IMC de 25 à 30 peuvent suivre le programme sur la base du volontariat, pointe-t-elle. Ils bénéficient alors d'un suivi personnalisé avec une nutritionniste et une conseillère sociale qui peut les aider pour les courses. Ils sont orientés vers un coach sportif ou des clubs. »

Une obésité handicapante
Depuis février, 44 personnels strasbourgeois ont été vus une fois par une infirmière, 15 deux fois. Parmi eux, Claude, un agent administratif de 47 ans, qui a déjà perdu plus de 2 kg : « J'ai arrêté les cochonneries le soir. Mon problème n'était pas lié au boulot. » Pour d'autres, c'est le cas. « Les contrôleurs grossissent beaucoup la première année », note Nathalie Germain. « Comme ceux qui travaillent en 3x8, ils ne mangent pas à heures fixes et dans des locaux appropriés. Certains privilégient les distributeurs et fast-foods aux repas préparés chez eux », déplore Martine Cavalés, nutritionniste. Son conseil : « Opter dans son assiette pour un quart de féculent, autant de viande, d'œuf ou de poisson et le reste de légumes. »P. W.