Un GPS pour guider les aveugles en balade

Arnaud Guiguitant

— 

L'écran dispose de repères tactiles pour naviguer dans le menu.
L'écran dispose de repères tactiles pour naviguer dans le menu. — J-F. Badias / 20 Minutes

On savait les smartphones intelligents et indispensables. Ceux que le conseil général du Bas-Rhin vient d'acquérir risquent aussi fort de révolutionner les déplacements des personnes mal ou non-voyantes. Le principe est simple. Munis d'un GPS et d'un logiciel spécial d'orientation, ces appareils intègrent en mémoire des parcours de randonnée prénumérisés. Pour s'y promener, il suffit d'écouter le guide. « On a numérisé les chemins et sentiers de plusieurs sites en Alsace, afin d'aider les personnes à se balader en toute sécurité. Comme sur un GPS classique, une voix leur indique la marche à suivre, en les prévenant des directions à prendre et des dangers du terrain », explique René Farcy, concepteur de cet outil et chercheur au CNRS. Trois parcours ont déjà été enregistrés : le sentier de la Faisanderie dans la forêt du Neuhof (5 km de long), une marche de 7,5 km à Grimbelhof et une découverte du Haut-Kœnigsbourg. « On a mis en place des codes de couleurs, du vert au noir, en fonction des difficultés », ajoute René Farcy.

Plus d'autonomie
A la Maison départementale des personnes handicapées, qui dépend du conseil général, on s'est équipé avec trois appareils. Objectif, accéder à une plus grande autonomie : « On estime que 5 % des personnes atteintes de déficience visuelle en France sortent de chez elles. C'est très peu. Cet outil peut leur permettre d'avoir des loisirs et une vie ordinaire », note Régis Febvre, le directeur adjoint de la structure. Une offre de service va être développée dans les prochains mois pour permettre des sorties nature avec la présence d'un « instructeur de locomotion », histoire de se familiariser avec l'outil. « Il y aura toujours un accompagnement, afin de lever l'appréhension et de s'habituer aux différents tracés », poursuit-il.
Pour Pierre Müller, de l'association Yvoir, présidée par Gérard Müller qui a testé le dispositif l'été dernier lors d'un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle, « les progrès notables réalisés vont permettre aux personnes d'être plus autonomes. Pour la première fois, certaines vont pouvoir se balader en pleine nature. Ce seront des moments très forts. »