Crédit : on ne prête pas qu'aux riches

©2006 20 minutes

— 

Le microcrédit prend son envol en Alsace. Créé par la loi de programmation pour la cohésion sociale du 18 janvier 2005, le dispositif permet de garantir des prêts aux personnes à revenus très modestes ou en situation précaire. Le dispositif repose sur le Fonds de cohésion sociale, financé à hauteur de 73 millions d'euros sur cinq ans. Après des débuts timides à l'échelle nationale il y a un an, le microcrédit a pour ambition de se développer dans les régions par l'intermédiaire des professionnels du secteur social.

Environ deux cents d'entre eux ont participé, hier après-midi à la cité administrative de Strasbourg, à une conférence d'information sur le fonctionnement concret du microcrédit. Parmi les intervenants, Patrick François, directeur régional Alsace de la Caisse des dépôts et consignations, a tenu à rappeler la raison d'être du microcrédit : « Il s'agit de permettre aux personnes en situation précaire (demandeurs d'emploi, travailleurs pauvres...) d'accéder au prêt bancaire. L'objectif étant de les réinsérer socialement en leur donnant par exemple les moyens de créer leur propre activité. » Le dispositif repose sur un partenariat entre l'Etat – via la Caisse des dépôts –, des banques et des associations, qui assument les risques du prêt accordé. Parmi elles, la chambre régionale du surendettement social, qui conseille et oriente depuis quatorze ans les surendettés. Son expérience doit lui permettre de veiller au bon usage du microcrédit.

Ludovic Meignin

www.cresusalsace.org

Un microcrédit peut aller de 300 à 12 000 e selon le profil, le projet et la capacité de remboursement de l'emprunteur. Sa durée varie de 6 à 60 mois, les offres pouvant différer d'une banque à l'autre.