Voyage au coeur d'Europa Park

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Rouvert depuis le 8 avril, Europa Park entame sa haute saison, placée sous le signe de la Coupe du monde de foot. En 2005, pratiquement quatre millions de personnes l'ont visité, ce qui en fait le premier parc de loisirs saisonnier mondial. Jusqu'à 3 000 salariés, répartis sur une centaine d'attractions et de spectacles, y travailleront tout l'été. Une machine à rêves, dont nous avons découvert les coulisses hier. Tous les corps de métiers sont représentés chez Europa Park : les ingénieurs qui conçoivent les attractions, les artisans et artistes qui leur prêtent vie et les techniciens chargés de les faire fonctionner en toute sécurité.

Chaque jour avant l'ouverture du parc, toutes les installations sont passées au crible par des yeux experts puis testées à vide pour traquer la moindre anomalie. Le Silver Star, grand huit culminant à 73 mètres et atteignant 130 km/heure en pointe, est ainsi contrôlé plusieurs fois : « Deux check-lists nous imposent de vérifier chaque jour l'état des organes principaux du manège, précise Philippe Spahn, directeur des attractions et des jeux. Les barres de maintien des passagers sont passées au laser pour repérer d'éventuelles microfissures. » Pour seconder l'humain, le Silver Star est piloté simultanément par deux ordinateurs qui signalent toute anomalie au chef de manège, entraînant l'arrêt immédiat de l'installation.

A quelques encablures, quatorze gladiateurs et leurs chevaux se préparent à entrer dans l'arène. Là aussi, pas de place pour l'improvisation : « Nous utilisons de vraies armes et l'espace de l'arène est limité. Chaque mouvement doit être parfaitement calculé », souligne Laurent Sorianiello, le cascadeur responsable du spectacle. Les costumes sont mis à rude épreuve pendant la bataille. Heureusement, les couturières sont là pour les remettre en état.

Ludovic Meignin