Du local et du bio au menu des restaurants scolaires

Arnaud Guiguitant

— 

Les cantines se mettent au bio.
Les cantines se mettent au bio. — G. Varela / 20 Minutes

Au collège du Ried, à Bischheim, la réputation de la cantine n'est plus à faire. Foi d'élèves, « ici les menus sont variés et équilibrés, confie Amélia, 15 ans. Avant, dans mon école, il y avait toujours les mêmes plats. Là, on sent la différence, les aliments ont plus de goût. » L'établissement a une recette. Engagé depuis des années dans une politique en faveur d'une alimentation saine et raisonnée, il privilégie les produits issus de l'agriculture locale ou biologique. « On se fournit auprès de producteurs locaux, nos pommes viennent par exemple d'un cultivateur de Rottelsheim, explique Hugo Heinrich, le chef de cuisine. On va ainsi préférer utiliser des aliments de saison. »

Un choix qui a un prix
Sur les menus de la semaine, affichés à la cantine, les 360 élèves qui y déjeunent chaque jour peuvent savoir ce qu'il y a dans leur assiette. Des codes couleurs et une étoile indiquent les familles d'aliments et leur saisonnalité. « On recherche la qualité des aliments, la variété et que ça plaise aux élèves. Il y a du bio, environ 5 %, et du local. On pourrait en proposer plus, mais c'est une question de moyens », explique Joëlle Finck, la gestionnaire. Le repas, servi au collège, est facturé 3,45 €, dont « 2 € de matières premières ». « Le bio coûte 20 à 30 % plus cher, mais en variant les aliments, on peut arriver à un équilibre », note Rémy Goerst, conseiller technique en restauration au conseil général du Bas-Rhin. Pour preuve, lapin à la moutarde et tajine de veau sont prévus au menu cette semaine au collège.

succès

Sur les 70 collèges du Bas-Rhin, 57 proposent des aliments bio à la cantine, selon un audit de 2011. Le salon Egast, à Strasbourg, s'y intéresse et organise demain une conférence pour les cuisiniers, travaillant dans les restaurants scolaires des collèges.