20 Minutes : Actualités et infos en direct
Alsannuaire pousse un coup de gueule contre Koogle

Alsannuaire pousse un coup de gueule contre Koogle

Internet Les deux moteurs de recherche alsacien s'opposent
Le site Alsannuaire a été créé en 1999.
Le site Alsannuaire a été créé en 1999. -  G. Varela / 20 Minutes
Arnaud Guiguitant

Arnaud Guiguitant

«Il y a vraiment des klàtsche et des drit in de arsch* qui se perdent, car quel est l'intérêt de porter aux nues un site qui ne sert que des réponses de Google, en passant par une requête filtrée ? » C'est en ces termes, publiés sur son site Web, que le fondateur d'Alsannuaire, Jean-Luc Hochmuth, a réagi au lancement il y a trois semaines du site Koogel. Avouant avoir eu l'impression de « s'être fait flouer », il a tenu hier à revendiquer la paternité du premier moteur de recherche « 100 % alsacien ». « On a créé Alsannuaire en 1999. À l'époque, on était des dinosaures et il n'y avait pas eu autant d'enthousiasme à parler d'un tel site. On était au début d'Internet et on avait senti le besoin d'y lancer un annuaire régional », explique-t-il, reconnaissant toutefois « qu'il y a de la place pour deux moteurs de recherche alsaciens ». Responsable d'une agence de Web design à Obernai, Jean-Luc Hochmuth dit mettre en avant tout le particularisme alsacien. « Si on trouve un restaurant d'une autre région de France qui cuisine la choucroute, on le référence aussi », souligne-t-il. Selon lui, « 12 000 sites » sont répertoriés avec des bonus comme « des pages de recettes de bredele » ou « des articles écrits en alsacien ».

« Les deux sites sont différents »
Pour Olivier Andrieu, fondateur de Koogel, dont la société est basée à Heiligenstein, la polémique n'a pas lieu d'être. C'est hier qu'il a d'ailleurs découvert ce coup de gueule. « Les deux sites n'ont rien à voir, répond-il. Ils sont complètement différents en terme de contenus. Il y a un annuaire et un outil de recherche de sites. En plus, j'avais parlé d'Alsannuaire à l'occasion de la sortie de Koogel », insiste-t-il. Complémentaires ou non, les internautes, touristes ou Alsaciens, trancheront. Le succès est malgré tout au rendez-vous : « 15 000 vues par jour » pour Koogel et « 2 000 visites » au quotidien pour Alsannuaire avec « des pics à 8 000 » pour les fêtes de Noël.