Enfant de la cathédrale

©2006 20 minutes

— 

Après avoir enchanté de sa voix de contre-ténor touristes et Strasbourgeois pendant sept ans, Luc Arbogast songe à quitter le parvis de la cathédrale. Autodidacte, ce musicien de rue mystique se définit comme « un païen aux moeurs chrétiennes et bouddhistes ». Accompagné à la flûte traversière par son épouse, Mélusine, il interprète ses compositions et « s'autorise à reprendre des chants médiévaux ». Une tradition qu'il désire perpétuer. « Quand je joue en hiver par moins dix degrés, je me mets en position de danger, comme les troubadours en leur temps », explique-t-il. Cela lui permet d'être plus proche de ses spectateurs. « Je suis en méditation pour capter leurs ondes et leur donner des émotions au-delà de leur masque social. » Il prendra la route cet été pour Orléans, Rouen voire Avignon.

Philippe Wendling