STRASBOURG - Les Fessenheim interpellent Ries

— 

« Ils n'ont qu'un discours politique, mais aucun argument pour nous démontrer que la centrale est vieille », lance Laurent Raynaud de la CGT. Avec d'autres représentants syndicaux des 900 agents d'EDF et sous-traitants de Fessenheim, il est allé, hier, à la rencontre du maire (PS) Roland Ries. Sa volonté: dénoncer la volonté du candidat François Hollande de fermer leur site. Déplorant « avoir été invités dans la campagne aussi bien par le PS que l'UMP », les ouvriers veulent « juste défendre les emplois. En cas de démantèlement, seules cinquante personnes travailleront encore sur le site, et ce ne seront pas des agents EDF », avance Sylvain Bouillot de la CFE-CGC. Pointant que la centrale répond aux normes de sûreté en vigueur, ils ont invité Roland Ries à s'en rendre compte sur place. L'élu a donné un "oui" de principe, mais sans préciser de date.P. W.