Sarkozy devrait être appelé à remplir le chariot des Caddie

— 

Le courrier n'était pas finalisé hier à la mi-journée, mais il devrait être envoyé aujourd'hui ou demain. Inquiets « des soucis de trésoreries » de leur société, les syndicats de Caddie ont décidé d'écrire au Président Nicolas Sarkozy, à son ministre et président de la région Philippe Richert, ainsi qu'à l'ancien député (UMP) François Loos. Le tribunal de commerce de Strasbourg pourrait se pencher le 5 mars prochain sur les comptes du leader du marché des chariots de supermarché et d'aéroport. Son placement en redressement judiciaire ne serait pas à exclure, selon certains. La direction de l'entreprise, familiale et 100 % alsacienne, n'était pas disponible hier. Joint par téléphone, un syndicaliste n'a tenu à faire « aucun commentaire ». Plus prolixe, un autre explique que Caddie aurait « besoin que l'État lui prête un peu d'argent car les banques ne veulent plus le faire ». La somme, qu'il n'a pas détaillée, lui permettrait notamment de finaliser un projet de transfert de son pôle peinture d'Oberhausbergen à Drusenheim, où se trouvent ses lignes de production. « Le transport entre les deux sites coûte cher, déplore le syndicaliste. Il faut aider l'entreprise car elle s'est toujours battue pour ne pas délocaliser ! » Elle emploie environ 600 personnes dans la région.P. W.