Une délégation de Stracel à Helsinki

— 

« On se trouve au milieu d'un tunnel, mais on n'en voit toujours pas le bout. » Inquiétude et amertume, hier, pour Yves Bernauer, le délégué FO de l'usine de papeterie Stracel, dont le site, implanté au Port-du-Rhin, est promis à la vente ou à la fermeture le 31 août prochain. A six mois de l'ultimatum, les syndicats ont rencontré hier des représentants politiques alsaciens pour élaborer une stratégie de poursuite de l'activité. Trois projets de reprise ont été présentés au propriétaire finlandais UPM et accueillis avec plus ou moins d'enthousiasme par les 260 employés. « L'impact social va du maintien des emplois jusqu'au licenciement de 70 % des effectifs », poursuit le syndicaliste. Autre projet, la production de biocarburant dès 2016 avec la conservation de la filière bois. Problème : l'Europe, qui accordera des subventions, a repoussé la date des résultats à novembre. « On veut qu'UPM recule sa décision et qu'il maintienne le site en l'état jusqu'à la mise en œuvre du projet biocarburant », ont dit les syndicats. Une délégation devrait se rendre à Helsinki dans les prochaines semaines.A. G.