Un meeting pour sauver le régime local

©2006 20 minutes

— 

La protection sociale à l'alsacienne est-elle en danger ? Le comité 67 de défense du régime local de Sécurité sociale en est persuadé. En guise de riposte, il organise un meeting, ce soir à 20 h, à la Maison des syndicats. « La réglementation européenne entraîne la privatisation des systèmes de santé. Notre régime ne peut survivre dans ces conditions », estime Jean-Michel Delaye, animateur du comité 67. Preuve de cette disparition annoncée, selon le responsable : la baisse du taux de remboursement de certaines catégories de médicaments, applicable depuis janvier. « Certains produits qui étaient remboursés à 100 ou 90 % sont descendus à 85 % et parfois 0 % déplore Jean-Michel Delaye. Le régime de droit commun étant déficitaire, on demande au régime d'Alsace-Moselle de compenser. »

Depuis le début de l'année, le comité 67 sollicite les mairies afin qu'elles délibèrent pour exiger le retour aux remboursements à 90 et 100 %. Vingt-deux communes ont déjà répondu favorablement. Selon Daniel Lorthiois, président du conseil d'administration du régime local, la baisse de certains remboursements se veut pragmatique : « Le régime avait un passif de 40 millions d'euros à combler. Il a fallu faire des choix et nous avons décidé de garantir le remboursement des soins lourds. » Les médicaments les plus efficaces sont remboursés à 90 %, alors que les frais d'hospitalisation le sont intégralement, rappelle Daniel Lorthiois, pour qui « il n'y a pas de mort programmée du régime local ».

Jonathan Barbier

Autre inquiétude du comité 67 : la fermeture des services de chirurgie d'Obernai, Wissembourg et Ingwiller, préconisée dans un rapport récent, et qui serait « une atteinte à l'accès aux soins ».