Un plan pour lutter contre le bruit

Arnaud Guiguitant

— 

Le mur anti-bruit fait la séparation entre l'A 35 (à gauche) et la rue des Bonnes Gens (à droite).
Le mur anti-bruit fait la séparation entre l'A 35 (à gauche) et la rue des Bonnes Gens (à droite). — G. Varela / 20 Minutes

Même haut de quatre mètres, le mur anti-bruit, construit cet automne à Illkirch le long de l'autoroute A 35, n'a pas suffi à rendre la rue des Bonnes Gens propice à la flânerie. Le cadre pourtant s'y prêterait bien : la rivière Ill coulant en contrebas, un parc arboré à proximité... s'il n'y avait pas ce brouhaha permanent, le décor serait sûrement bucolique. « En été, sur le balcon, ce n'est pas supportable. Le bruit sourd et incessant est vraiment pénible », confie Jean-Luc, 54 ans, habitant au dernier étage d'une résidence. De sa terrasse, il a une vue imprenable sur l'autoroute. « Le mur n'a rien changé, avoue-t-il. On entend toujours autant les voitures. Il faudrait le surélever. » Plus loin dans la rue des Bonnes Gens, René Meyer s'est isolé du bruit grâce à une véranda et des fenêtres double vitrage. « ça fait 36 ans qu'on vit ici. Avant, il n'y avait qu'une route, puis le trafic a augmenté et le bruit avec. Parfois, on n'entend même pas la sonnette d'entrée. Mais avec le temps, on s'y est habitué », explique-t-il, reconnaissant que le mur a atténué les nuisances.

38 000 habitants touchés
Depuis aujourd'hui, la CUS met en ligne des cartes sur lesquelles sont répertoriées les principales zones exposées au bruit. Ce sont les quartiers, proches des axes routiers (A 35 et A 4), qui sont les plus impactés, Strasbourg, Schiltigheim et Bischheim en tête. Selon une étude, réalisée dans le cadre du Plan de prévention du bruit dans l'environnement (PPBE), mis en application dès 2013, 38 000 habitants de la CUS vivraient au milieu de niveaux sonores dépassant les seuils autorisés (de 60 à plus de 75 décibels). « Cela représente 8 % du territoire. A partir de ces simulations acoustiques, on va pouvoir faire un diagnostic et traiter, immeuble par immeuble, les zones concernées », a expliqué Pascale Rouillard, responsable du Département santé environnementale. Parmi les mesures du PPBE, l'isolation des façades, l'installation d'écrans anti-bruit, la baisse des vitesses sur autoroute ou la pose de revêtements de chaussée phonique.