Éric Schahl, un proche de Sarkozy, « parachuté » ou non à Haguenau

— 

Nicole Thomas, maire de Bischwiller, prévient : « Je barrerai la route au parachuté parisien. » Alors qu'elle brigue l'investiture UMP pour les législatives dans la circonscription de Haguenau, elle a déploré ce week-end, sur son blog, que « le Président Sarkozy s'apprête à y parachuter son conseiller technique Éric Schahl. » A 38 ans, cet Alsacien d'origine partage son temps entre l'Élysée et Ostwald. Lors des régionales de 2010, malgré la pression parisienne, l'UMP Philippe Richert avait déjà refusé de le prendre sur sa liste. Dans la perspective du scrutin de juin, « il est clair qu'il cherche à s'implanter dans le secteur, et c'est son droit. Mais je ne sais pas sur quel endroit il va s'arrêter, note André Schneider, député strasbourgeois et membre du bureau national de l'UMP. La rumeur a voulu son parachutage comme mon suppléant. Mais ce sera non. » « Je ne suis pas un parachuté, explique Éric Schahl. On me demande toute la semaine d'aider des dossiers alsaciens, mais dès qu'on parle d'élections il y a des histoires. Si on me demande d'être candidat, je le serai. Mais c'est une rumeur que le Président cherche à m'imposer. Il n'impose rien. » L'UMP devrait arrêter son choix demain, lors d'une réunion de préparation de son conseil national, prévu samedi.P. W.