Bayrou ne réclame pas la fermeture immédiate de Fessenheim

— 

Le candidat du MoDem, hier.
Le candidat du MoDem, hier. — G. Varela / 20 Minutes

François Bayrou n'est pas pour une fermeture immédiate de la centrale de Fessenheim. Interrogé par 20 Minutes, lors de son passage hier à Strasbourg, le candidat du MoDem à la présidentielle a estimé que « c'est à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) d'imposer les améliorations de sécurité et de vérifier qu'elles sont accomplies ». L'organisme avait rendu, le 3 janvier, un rapport stipulant que des travaux devaient être entrepris, notamment un renforcement de la dalle sur laquelle reposent les réacteurs, mais que la centrale pouvait encore être exploitée. « Si l'ASN dit qu'on peut la laisser ouverte, au moins que l'on se fie à son avis », a poursuivi le centriste fustigeant ses adversaires dans la course à l'Élysée de « faire de ce sujet de la politique ». Assis à ses côtés, l'opposant à la centrale de Fessenheim, Yann Wehrling, l'actuel porte-parole national du MoDem et ex-membre des Verts, s'est refusé à tout commentaire : « Ce n'est pas le sujet du jour. » François Bayrou était à Strasbourg pour rencontrer des acteurs du monde économique et s'informer sur le régime local d'assurance-maladie d'Alsace-Moselle. Excédentaire, celui-ci pourrait, selon lui, servir de modèle pour régler le problème de la sécurité sociale à l'échelle du pays.P. W.