Pas de grosses festivités pour Sherlock Holmes

Philippe Wendling

— 

Quelque 1 000 figurants et techniciens avaient participé au tournage du film devant la cathédrale, du 2 au 5 février 2011.
Quelque 1 000 figurants et techniciens avaient participé au tournage du film devant la cathédrale, du 2 au 5 février 2011. — G. Varela / 20 Minutes

Rudimentaire, mon cher Watson ! Lors de son tournage devant la cathédrale en février dernier, on parlait d'une sortie en grande pompe de Sherlock Holmes 2, le 25 janvier : avant-premières publiques, expos de décors... Elle ne donnera finalement lieu qu'à trois projections promotionnelles « le 20 janvier aux cinémas UGC Ciné-Cité, Star Saint-Exupéry et Vox », a annoncé, hier, la mairie. Seules 100 places seront « réservées au grand public », comprendre « aux personnes qui n'ont pas participé au tournage ». A retirer dès ce matin sur www.strasbourg.eu, ces invitations ont été arrachées avec difficulté par la ville à la Warner, qui produit le long-métrage. Jusqu'à hier, celle-ci n'envisageait de fournir des copies du film que pour permettre à la mairie d'inviter des officiels, la presse ainsi que les 750 figurants et 357 techniciens alsaciens ayant participé au tournage. La compagnie n'a pas non plus prévu d'envoyer d'acteurs. « Ils ne sont pas disponibles », selon une attachée de presse. Jude Law, alias Dr Watson, présentera le film à Paris.

Strasbourg, 22 secondes à l'écran
Autre déception, Strasbourg ne passe que 22 secondes à l'écran, contre les deux ou trois minutes évoquées lors du tournage. « Ce n'est pas vis-à-vis de Strasbourg, enfin je n'en sais rien, dit une porte-parole de la Warner. Dans tout film, des éléments ne sont pas gardés. » « Nous sommes un peu malheureux de ne pas accueillir d'acteurs et il est vrai, que 22 secondes c'est un peu court, note le premier adjoint (PS) Robert Herrmann. Mais nous ne sommes néanmoins pas mécontents du rayonnement que le film offre à la ville et son impact économique » estimé à 1,8 million d'euros pour les entreprises et techniciens locaux qui ont travaillé pour la Warner. Autre point positif, la ville, qui n'a offert à l'équipe de tournage qu'une aide logistique, a gardé des décors. « Nous n'avons pas encore décidé de ce que nous en ferons, confie l'élu. On peut envisager une expo ou une vente aux enchères pour les fans. »