Les familles disent leur peine

©2006 20 minutes

— 

La douleur des familles reste intacte, quatorze ans après le crash du Mont Sainte-Odile, jugé à Colmar depuis mardi . 26 personnes ont évoqué hier leurs derniers souvenirs communs. « T'inquiète pas mon chéri, je ne te laisse qu'une nuit tout seul », a dit Christiane Antoine à son mari. « Cette nuit, c'est le restant de ma vie », soupire Philippe . Le visage de son mari imprimé sur la poitrine, Laurence Vaccarella lit une lettre. « Joseph, mon amour, je suis devant eux pour te représenter. » Eux, les six prévenus, prendront la parole aujourd'hui, sommés par les parties civiles d'admettre leurs responsabilités. « Avec ce déni, ces prévenus salissent la mémoire de nos proches », tranche Dorothée, qui a perdu son père.

J. M.