Les structures d'aide aux SDF débordées

©2006 20 minutes

— 

La hausse du mercure n'a pas fait diminuer la misère. Levé le 31 mars par la préfecture, le dispositif hivernal d'hébergement d'urgence se délite peu à peu. Toutefois, au lieu de supprimer d'un coup les 400 places disponibles cet hiver, la préfecture en partenariat avec les associations d'aide aux sans-abris recherche durant quelques semaines des solutions de relogement « au cas par cas ». L'an dernier, les efforts avaient été plus conséquents puisque le plan hivernal avait été prolongé jusqu'au mois d'août. « A ce jour, les situations les plus difficiles, qui concernent urtout les familles, ont été réglées. Mais en mai ou juin le problème se posera à nouveau », regrette Thierry Houdart, le directeur de l'Association d'accueil et d'hébergement des jeunes (AAHJ), qui dispose d'une quarantaine de places toute l'année. Le problème, rappellent les acteurs de la lutte contre l'exclusion sociale, c'est qu'aucune mesure n'a été prévue pour les personnes isolées. Résultat : « entre les sans-abris qui sont sortis du dispositif et les nouveaux arrivants, nous sommes complètement saturés. Chaque jour, nous recevons 130 demandes que nous ne pouvons pas satisfaire », poursuit Thierry Houdart. Au total, ce sont « 200 à 250 personnes dans le département qui ont un problème quotidien pour trouver un toit », estime Maryvonne Le Gac, déléguée régionale à Médecins du Monde. Les SDF et les déboutés du droit d'asile constituent une part importante de ce public. Mais de plus en plus de RMistes et de travailleurs pauvres rencontrent des problèmes pour se loger. « Ils sont nombreux à dormir dans leur voiture, parfois dans des squats », déplore Maryvonne Le Gac. Ou dans la rue. « Il fait bon la journée, mais les nuits sont fraîches. Sans parler des agressions », souligne Jean-Christophe, un sans-abri qui confie dormir « tout seul sous un pont ».

Jonathan Barbier

L'année dernière le prolongement du dispositif a engendré un surcoût de 700 000 E, le buget total s'élevant à 2 millions d'euros.