Les étudiants contestent la facture

©2006 20 minutes

— 

Les étudiants grévistes, qui ont participé durant plusieurs semaines à l'occupation du Patio de l'université Marc-Bloch, ne veulent pas endosser l'entière responsabilité des dégâts, dont la facture doit être établie prochainement. L'accès au site avait juste été débloquée, à titre provisoire, avant le début du week-end pascal. Si la présidence de l'université assurait hier « qu'aucune estimation précise n'avait encore été effectuée », d'autres sources évoquaient déjà une note qui pourrait s'élever de 80 000 à 100 000 e.

Samedi dernier, un huissier de justice est venu constater la présence de nombreux tags sur les murs, les sièges arrachés dans l'amphi 1 et certaines portes vandalisées. « La plupart des inscriptions ont été réalisées à la gouache. Et les étudiants grévistes ont proposé à plusieurs reprises de nettoyer les locaux à l'issue du mouvement. Seulement, la direction a préféré solliciter une société privée, proteste Charles, un des étudiants grévistes. Enfin, on nous accuse d'avoir dégradé des sièges qui étaient déjà délabrés. Le mauvais état du mobilier ne date pas de notre action. Marc-Bloch souffre depuis longtemps de sa réputation d'université poubelle. Peut-être aurions-nous dû penser à faire un état des lieux avant de lancer l'occupation de la fac. »

La mobilisation d'agents de sécurité est également mise en cause par les étudiants. « Leur recrutement aura forcément contribué à gonfler la note », dénonce un membre du comité de grève.

Jonathan Barbier

Craignant une nouvelle occupation, l'université Marc-Bloch, qui devait rouvrir ses portes hier matin, a finalement décidé de rester fermée jusqu'au 2 mai, date du début des examens.