STRASBOURG - Chanson douce à l'hôpital

— 

Au septième étage de l'hôpital de Hautepierre, deux musiciens interprètent quelques morceaux à la guitare ou au ukulélé. Membres de l'association « Musique et santé », Julien et Marianne sont chargés d'égayer, jusqu'à demain, le quotidien des enfants, hospitalisés au service de réanimation médico-chirurgicale pédiatrique. Assis sur son lit d'hôpital, Quentin, 7 ans, assiste, tout ouï, à un mini-concert. Sa maman, Geneviève, apprécie ces moments : « ça met du baume au cœur, surtout que le temps est long. Il attendait en tout cas avec impatience leur venue », dit-elle.
Sensibles, quel que soit leur âge, aux voix ou aux instruments, les patients du service peuvent oublier, un temps, leur maladie et leur hospitalisation. « On voit que les effets de la musique sont positifs sur les enfants. Ces actions doivent se répéter », a expliqué hier le pédiatre, Philippe Desprez.A. G.