Relaxé en appel après avoir brûlé le Coran sur Internet

— 

« Les éléments de la procédure ne permettent pas de démontrer avec certitude que l'intention était de susciter un sentiment d'hostilité ou de rejet de nature à provoquer la discrimination, la haine ou la violence à l'égard des musulmans. » La cour d'appel de Colmar a relaxé, hier, le Bischheimois de 30 ans qui s'était exhibé, « par humour », sur le Net en train de brûler le Coran. La vidéo, diffusée en octobre 2010, le montrait aussi urinant sur le Livre Saint et arrachant des pages pour confectionner des avions en référence aux attentats à New York le 11 septembre 2001. L'an passé, le tribunal correctionnel de Strasbourg avait déjà relaxé deux fois Caliméro, son pseudo : pour nullité de la procédure, puis estimant qu'il n'avait pas incité à la haine. « La décision de la cour d'appel prouve qu'en France, un pays laïc, républicain, la parole est libre par rapport à la religion », s'est félicité, hier, Renaud Bettcher, l'avocat du prévenu.P. W.