Le Cesa planche sur le chômage des jeunes

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

En Alsace, les jeunes actifs entre 16 et 25 ans sont deux fois plus touchés par le chômage que les autres salariés. Ils sont aussi trois fois plus nombreux à travailler sous contrat précaire que leurs aînés. Des chiffres communiqués hier par le Conseil économique et social (Cesa), à l'issue de la séance plénière qu'il tenait à la Maison de la région sur le thème de l'insertion professionnelle des jeunes.

Loin du tumulte que suscite actuellement cette question, le Cesa, dont le rôle est uniquement consultatif (lire encadré), ébauche quelques pistes concrètes : plus de 50 % des jeunes non qualifiés étant au chômage en Alsace, l'organisme préconise d'augmenter leur niveau de professionnalisation par l'intermédiaire de plusieurs outils : « Nous proposons notamment de créer un système de repérage et de suivi des élèves sortis sans qualification du système scolaire pour pouvoir leur proposer aussitôt une formation adaptée », indique Alain Renck, rapporteur du dossier pour le compte du Césa. « Nous devons aussi valoriser davantage les formations en alternance au sens large et pas seulement dans l'artisanat et contribuer à élever le niveau de l'apprentissage à bac + 4 ou + 5 », estime-t-il.

Enfin, le manque de ressources étant souvent un frein pour les jeunes issus de familles aux revenus modestes, le Cesa souhaite que la région facilite l'accès aux prêts en se portant garante auprès des banques. Reste à présent à savoir quelle suite réserveront les élus du conseil régional à ces propositions qui ne pourront se concrétiser qu'avec un appui financier.

Ludovic Meignin

force Réunissant des professionnels de la société civile, le Cesa a vu le jour à la suite de la première loi de décentralisation, en 1982. Le rôle de cet organisme est avant tout d'être une force de proposition à l'égard du conseil régional, dont il dépend.