Un jeu pour faire banquerles 7 à 107 ans

Arnaud Guiguitant

— 

Gérard Siegel, hier, à la Foire européenne de Strasbourg, présente son jeu Doyu.
Gérard Siegel, hier, à la Foire européenne de Strasbourg, présente son jeu Doyu. — G. Varela / 20 Minutes

A 72 ans, Gérard Siegel est resté un grand enfant. Il vient d'inventer un jeu de société, présenté en ce moment au concours Lépine à la Foire européenne. Encore à l'état de prototype, le jeu, baptisé Doyu, entend réconcilier les plus jeunes avec les mathématiques. « J'ai eu l'idée de ce jeu après que ma petite-fille de 7 ans a refusé de faire du calcul mental pendant les vacances. Il fallait donc trouver un moyen amusant de lui faire apprendre ses tables d'opérations », confie Gérard Siegel, originaire de Niederhausbergen.
Consistant à placer, jusqu'au dernier, ses dix chiffres sur plusieurs lignes d'opérations mathématiques, le jeu mêle réflexion et... esprit comptable. « A chaque bonne opération, on remporte des doyus, une monnaie imaginaire, néologisme créé à partir de dollar, yen et Union européenne. On doit les conserver jusqu'à la fin pour remporter la partie et ne pas finir sans un sou en poche », poursuit-il.

Impôt, intérêts, crédits...
Ce jeu s'inspire avant tout de la vie de tous les jours. Sur les cases du plateau, on peut lire « centre des impôts », « banquier », « livret d'épargne », « PV » ou encore « crédits ». Des mots barbares auxquels les plus jeunes ne sont pas toujours familiarisés. « Avec leurs doyus, les enfants apprennent à compter et à bien gérer leur argent. S'ils en empruntent pour continuer de jouer, ils devront payer des intérêts. S'ils en gagnent beaucoup durant la partie, ils devront en rendre aux impôts. Ce jeu peut finalement sensibiliser tout le monde, de 7 à 107 ans, sur la valeur de l'argent et sur les façons de bien l'utiliser », poursuit Gérard Siegel.
Le jeu Doyu commence à faire des émules. Présenté dans une classe de CM 1 à Niederhausbergen, il a intéressé les élèves, plutôt intrigués par cette drôle de règle. Pas encore commercialisé, il pourrait ainsi être plébiscité par les écoles, les ludothèques, mais aussi par « les banques pour son côté pédagogique ». Le jeu se présente dans des versions débutant et expert.