« On prend les décisions à Strasbourg »

©2006 20 minutes

— 

Des manifestations sont organisées mardi 14 février dans toute l'Europ pour maintenir la pression sur le Parlement européen (PE) qui débat le même jour de la  "Bolkestein".
Des manifestations sont organisées mardi 14 février dans toute l'Europ pour maintenir la pression sur le Parlement européen (PE) qui débat le même jour de la "Bolkestein". — Olivier Morin AFP

Un pied à Strasbourg, l'autre à Bruxelles.

Depuis juin 2004, Wojciech Wrochna est l'un des deux assistants parlementaires de la députée polonaise Barbara Kudrycka.

Cet homme de 27 ans, natif de la région de Cracovie, n'avait même pas terminé ses études quand il a été recruté : « En 2004, juste après l'adhésion, ma députée a organisé un concours pour trouver ses assistants.

Je l'ai réussi en juin mais je n'ai été diplômé qu'en juillet », sourit ce jeune juriste, qui rédige par ailleurs une thèse universitaire en Pologne.

Une seule constante dans ses journées strasbourgeoises : l'arrivée au Parlement vers 8 h 30 et le départ, rarement avant 20 h.

« Nous n'avons pas de journée type ici.

Nous avons beaucoup de réunions, mais parfois, nous travaillons les dossiers chacun de notre côté.

» Trois semaines sur quatre, Wojciech Wrochna est à Bruxelles.

« A Strasbourg, je descends à l'hôtel et nous n'avons qu'un tout petit bureau que nous partageons avec les députés.

A Bruxelles, j'ai un appartement et un bureau à moi.

La différence, c'est que là-bas, c'est plus du travail sur les textes.

En revanche, les décisions se prennent ici.

D'ailleurs, les médias sont bien plus présents à Strasbourg.

» Européen convaincu, Wojciech Wrochna est plutôt critique avec les images d'Epinal qu'a pu véhiculer la campagne du référendum sur la constitution en France.

« En tant que juriste, je trouve l'histoire du plombier polonais farfelue.

En tant que Polonais, cela ne me touche pas vraiment.

Mais dans mon pays, qui sort d'une histoire plutôt violente et de plus d'un demi-siècle d'efforts et de privations, ça a beaucoup déplu.

» Flora-Lyse Mbella .

En mai 2004, l'Union européenne accueillait dix nouveaux pays. Deux Etats doivent entrer en 2007 : la Roumanie et la Bulgarie. Des discussions sont en cours pour intégrer la Croatie.