L'aéroport d'Entzheim veut redécoller

Philippe Wendling

— 

Le site a accueilli 1,1 million de passagers l'an passé, soit moitié moins qu'en 2006. Il vise la barre des 1,5 million d'ici à 10 ans.
Le site a accueilli 1,1 million de passagers l'an passé, soit moitié moins qu'en 2006. Il vise la barre des 1,5 million d'ici à 10 ans. — G. Varela / 20 Minutes

«C'est la semaine où tout se passe pour l'aéroport », pointe Thomas Dubus, son directeur. La transformation de la plateforme d'Entzheim en société d'exploitation aéroportuaire a été actée lundi. Son conseil de surveillance sera nommé vendredi. La Chambre de commerce et d'industrie détenait jusque-là 100 % de ses parts. Elle n'en possède plus que 25 %, l'État devenant majoritaire avec 60 %. La CUS, la région et le département se partagent les autres 15 %. « En passant en société privée, même si les capitaux sont publics, nous allons gagner en flexibilité », avance Thomas Dubus. Le site en a besoin. Depuis l'arrivée du TGV-Est en 2007, le trafic a réduit de moitié pour s'établir à 1,1 million de voyageurs l'an dernier. Bon signe, au cours des quatre premiers mois de l'année, 312 000 passagers ont foulé son tarmac, soit 15 000 de plus qu'à la même période en 2010.

Des compagnies approchées
« Dans le plan d'affaires validé par l'État, notre objectif est de redynamiser les offres pour atteindre 1,5 million de passagers d'ici à dix ans », poursuit Thomas Dubus. Il mise sur Air France qui, bien qu'assurant déjà 88 % du trafic du site, pourrait couvrir de nouvelles destinations. En août, elle testera une liaison directe avec Montpellier, « la première ligne à ouvrir depuis 5-6 ans ». Interrompu, un vol vers Copenhague sera reprogrammé l'an prochain.
Des pourparlers sont aussi en cours avec une dizaine d'autres sociétés. Dont Ryanair,dixit le maire (PS) Roland Ries. « Mais il n'y a pas qu'eux », précise le préfet Pierre-Etienne Bisch. Il y a aussi EasyJet, mais qui pourrait décliner l'offre en raison de sa forte implantation à Mulhouse. « On s'intéresse à des compagnies anglo-saxonnes », précise Thomas Dubus, qui ne veut révéler leurs noms. Seule précision, il ne s'agit pas que de low cost, un type de service absent de Strasbourg depuis 2003. « Rien n'est signé, dit-il. Mais ça ne signifie pas que rien ne se passera cette année. »

Une aérogare remise à neuf dans les deux ans

Des travaux, prévus encore pendant deux ans, sont en cours pour rendre plus accueillant l'aérogare d'Entzheim. Un point d'accueil pour les touristes, ainsi que des zones de travail et de détente vont être progressivement créés.