Un cursus pour les religieux étrangers

Philippe Wendling

— 

La formation durera une année et donnera lieu essentiellement à un enseignement juridique.
La formation durera une année et donnera lieu essentiellement à un enseignement juridique. — G. Varela / 20 Minutes

Mardi, le conseil d'administration de l'université de Strasbourg devrait voter la création, à la rentrée, d'un diplôme baptisé « Droit, société et pluralité des religions ». « Il aura objectif de favoriser l'intégration dans la société française des cadres religieux venus de l'étranger, » explique Francis Messner, l'un de ses initiateurs, qui précise qu'il « ne donnera pas lieu à une formation théologique ». Selon Céline Paulthier, sa future responsable, « les deux tiers des enseignements porteront sur les mécanismes juridiques appliqués au fait religieux », comme le régime matrimonial. Les cours dureront un an et seront accessibles aux titulaires du bac. L'université sera l'unique établissement public à les dispenser. Seul l'Institut catholique privé de Paris propose déjà un tel diplôme.

Aider les imams
« Il sera ouvert à tous, précise Céline Paulthier. Mais on sait qu'il intéressera plutôt les personnes proches de la religion musulmane. » Et plus précisément les imams. Faute d'info, le président du conseil régional du culte musulman s'est refusé, hier, à tout commentaire. « Ce diplôme aura une double vertu, estime Francis Messner. Il va permettre de faire reconnaître l'existence de l'Islam en France et donnera la possibilité aux musulmans d'acquérir une formation pour mieux défendre leurs intérêts. » Visant d'une certaine façon à professionnaliser le rôle des imams et autres cadres religieux, il aura notamment pour objet de former à la gestion d'un lieu de culte.