Les projets de mosquée vont croissantDes financements transparents

Philippe Wendling

— 

Située face à la Cité de l'Ill, la future moquée de la Robertsau abritera une salle de prière et un espace culturel.
Située face à la Cité de l'Ill, la future moquée de la Robertsau abritera une salle de prière et un espace culturel. — E. De Micheli & A.Oziol / Atelier ODM

Débuté en 2006, avant d'être bloqué un an en raison d'un différend avec un entrepreneur, le chantier de la Grande mosquée touche à sa fin au Heyritz. La coupole est posée, les 1 000 m2 réservés à la prière des hommes et la mezzanine dédiée aux femmes se dessinent. « Une visite de la commission de sécurité est prévue le 1er août à 8 h, nous a confiés, hier, Fouad Douai, le gérant de la SCI chargé de sa construction. Il est prévu que, hors gros problèmes, elle délivre une autorisation immédiate d'accueil du public. La mosquée sera alors accessible pendant tout le mois, c'est-à-dire la durée du ramadan. Nous fermerons ensuite le temps nécessaire à la pose d'une moquette définitive. L'inauguration sera célébrée en octobre ou en novembre. »

Début des travaux à la Robertsau
Hasard du calendrier, alors qu'au Heyritz les travaux s'achèveront, la construction d'une mosquée démarrera à la Robertsau, fin juillet. Elle s'étendra sur 200 m2 et jouxtera un espace culturel de 150 m2. Le permis a été déposé et un panneau indique déjà sa future localisation face à la Cité de l'Ill. « La Robertsau est le seul quartier à ne pas avoir de lieu pour la culture musulmane, précise Chaïb Choukri, le président de Deux Rives, l'association porteuse du projet. Des demandes ont été faites depuis longtemps, mais il n'y avait pas de place. Nous l'avons enfin trouvée. Il aurait été indigne d'exercer notre foi dans une cave ou un appartement. Cette mosquée sera un lieu de proximité, visible, pour montrer que tout le monde a sa place dans la société française. » Elle devrait ouvrir pour le ramadan en juillet 2012.
Si les 30 000 à 40 000 musulmans de Strasbourg disposent de 23 lieux aménagés pour la pratique de l'Islam, ils ne bénéficient d'aucune mosquée, comprendre d'édifice spécialement bâti dans un but religieux. Celles du Heyritz et de la Robertsau seront les premières.Alors que la question du financement des mosquées est soulevée au niveau national par l'UMP, à l'échelon strasbourgeois, la transparence est de mise. Estimé à 8,7 millions d'euros, le budget de la Grande mosquée du Heyritz est bouclé, avec même un excédent. Il est couvert à 26 % par les collectivités locales. Par le biais de quêtes, les fidèles ont offert quatre millions d'euros. Le Koweit et l'Arabie Saoudite verseront chacun un million, le Maroc trois millions. Pour la mairie, « la pluralité des financements étant respectée », il n'y a aucun souci. « D'autant qu'il n'y a pas de demande en contrepartie » de la part de ces pays, précisait il y a peu Saïd Aalla, le président du lieu de culte. Plus modeste, le chantier de la mosquée à la Robertsau devrait s'élever à 846 900 €. Un montant assez bas pour ne pas solliciter de pays étrangers. « En plus de mettre le terrain à disposition, la ville financera 10 % des travaux, précise Chaïb Choukri, le porteur du projet. On a récolté 150 000 € auprès des fidèles et espérons arriver à 300 000 €. Des mosquées de toute l'Europe vont aussi demander à leurs fidèles de nous aider. Enfin, on compte sur le bénévolat. » Des sociétés ont déjà promis, par exemple, de peindre l'édifice à leur frais. P. W.

À Hautepierre, un chantier à l'Automne 

Un troisième projet de mosquée est en cours au cœur de la maille Brigitte, à Hautepierre. « Nous devrions démarrer la construction à l'automne afin qu'elle soit achevée à la fin 2012 », précise Akhmim Abdelhafid, l'un de ses initiateurs. Le lieu sera le seul à Strasbourg à être doté d'un minaret.