Trois cantons suisses unis contre Fessenheim

— 

L'avenir de Fessenheim n'a « pas vocation à altérer la grande qualité des relations de coopération » avec la Suisse, clame la région. Certes, mais il y a de l'électricité dans l'air. Les cantons de Bâle-Ville, Bâle-Campagne et du Jura-Suisse ont remis, vendredi, à son président, l'UMP Philippe Richert, une lettre l'appelant à « soutenir les efforts réalisés pour arrêter l'activité de la centrale ». En cause, selon les cantons, un manque de sécurité du site en cas de séisme alors que celui-ci se trouve sur une faille sismique. Du côté du conseil régional, on explique que le gouvernement a « décidé, au-delà du contrôle de l'ensemble des infrastructures françaises, d'engager une réévaluation de l'ensemble des scénarios de crise ». Philippe Richert a indiqué que « si les résultats de cette réévaluation concernant la centrale de Fessenheim n'étaient pas positifs », il demanderait « qu'on en tire les conséquences ». Les cantons ont aussi annoncé qu'ils allaient saisir leur gouvernement sur la question.P. W.