un jardin partagé pour cultiver du lien

Philippe Wendling

— 

La parcelle mesure une centaine de mètres de long.
La parcelle mesure une centaine de mètres de long. — G. Varela / 20 Minutes

«Jardin en construction », indique une pancarte sur la clôture fraîchement posée. Un cabanon tout neuf laisse aussi présager de l'avenir de l'espace. À l'initiative d'habitants, un jardin partagé, dit du Lombric hardi, est en train d'éclore à Neudorf. Il est situé le long du tracé du tram, entre la place du Schluthfeld et la rue de Lunéville. Une convention de mise à disposition de ce terrain d'une centaine de mètres est en cours de signature avec la ville. Son concept : « Permettre à tous de cultiver autant que de créer du lien social, précise Serge Asencio, l'un de ses créateurs. Outre des parcelles de culture individuelles et collectives, on va installer des bancs, faire des fêtes. Les enfants du centre socioculturel du Neufeld viendront apprendre le travail de la terre. »

Des lieux rares dans la ville
« Les motivations des participants sont diverses, poursuit Olivier, l'un d'eux. Certains sont là pour jardiner et compenser l'absence de jardin chez eux. D'autres veulent profiter de l'endroit pour jouer de la musique. Moi, je veux m'approprier un espace public, être acteur d'un morceau de la ville que j'habite. » Pour Édith, une autre future jardinière, « c'est surtout un moyen de rencontrer des gens qu'on n'aurait pas croisé autrement. »
Un souhait de mixité que la municipalité PS/Verts aimerait voir pousser. Plusieurs de ses projets urbains prévoient des jardins partagés, à l'instar du réaménagement de la place d'Austerlitz, à la Krutenau. Avec Hautepierre, Cronenbourg et le Port-du-Rhin, le quartier abrite déjà l'un des rares espaces strasbourgeois de ce type. On n'en compte qu'une poignée. En cause, un manque de fonciers, une dynamique politique tardive... Mais aussi « parce qu'en Alsace, l'image du jardin est incarnée par le jardin ouvrier appelé aussi familial. C'est une tradition. On en trouve 4 800 à Strasbourg. La ville est celle qui en abrite le plus en France, précise Serge Hygen d'Eco-Conseil, le correspondant du réseau national des jardins partagés*. La convivialité des jardins partagés n'est pas encore vraiment dans les mentalités. »